Version en ligne

Tutoriel : Apprenez à créer votre site web avec HTML5 et CSS3

Table des matières

Apprenez à créer votre site web avec HTML5 et CSS3
Comment fait-on pour créer des sites web ?
Le fonctionnement des sites web
HTML et CSS : deux langages pour créer un site web
L'éditeur de texte
Les navigateurs
Votre première page web en HTML
Créer une page web avec l'éditeur
Les balises et leurs attributs
Structure de base d'une page HTML5
Les commentaires
Organiser son texte
Les paragraphes
Les titres
La mise en valeur
Les listes
Créer des liens
Un lien vers un autre site
Un lien vers une autre page de son site
Un lien vers une ancre
Cas pratiques d'utilisation des liens
Les images
Les différents formats d'images
Insérer une image
Les figures
Mettre en place le CSS
La petite histoire du CSS
Où écrit-on le CSS ?
Appliquer un style : sélectionner une balise
Appliquer un style : class et id
Appliquer un style : les sélecteurs avancés
Formatage du texte
La taille
La police
Italique, gras, souligné…
L'alignement
Les flottants
La couleur et le fond
Couleur du texte
Couleur de fond
Images de fond
La transparence
Les bordures et les ombres
Bordures standard
Bordures arrondies
Les ombres
Création d'apparences dynamiques
Au survol
Au clic et lors de la sélection
Lorsque le lien a déjà été consulté
Structurer sa page
Les balises structurantes de HTML5
Exemple concret d'utilisation des balises
Assurer la compatibilité avec IE
Le modèle des boîtes
Les balises de type block et inline
Les dimensions
Les marges
Quand ça dépasse…
Le positionnement en CSS
Le positionnement flottant
Transformez vos éléments avec display
Le positionnement inline-block
Les positionnements absolu, fixe et relatif
TP : création d'un site pas à pas
Maquettage du design
Organiser le contenu en HTML
Mettre en forme en CSS
Assurer la compatibilité avec IE
Vérifier la validité
Le code final
Les tableaux
Un tableau simple
Un tableau structuré
Les formulaires
Créer un formulaire
Les zones de saisie basiques
Les zones de saisie enrichies
Les éléments d'options
Finaliser et envoyer le formulaire
La vidéo et l'audio
Les formats audio et vidéo
Insertion d'un élément audio
Insertion d'une vidéo
Mise en page adaptative avec les Media Queries
Mise en place des media queries
Les règles disponibles
Mise en pratique des media queries sur le design
Media queries et navigateurs mobiles
Aller plus loin
Du site web à l'application web (JavaScript, AJAX…)
Technologies liées à HTML5 (Canvas, SVG, Web Sockets…)
Les sites web dynamiques (PHP, JEE, ASP .NET…)
Envoyez votre site sur le Web
Le nom de domaine
L'hébergeur
Utiliser un client FTP
Mémento des balises HTML
Mémento
Mémento des propriétés CSS
Mémento
Gérer la compatibilité entre les navigateurs
Les commentaires conditionnels
Les hacks CSS
Les outils de débogage

Apprenez à créer votre site web avec HTML5 et CSS3

Vous rêvez d'apprendre à créer des sites web ?

(mais vous avez peur que ce soit compliqué car vous débutez ?)

Image utilisateur

Vous êtes au bon endroit ! Ce cours est destiné aux débutants qui ne connaissent rien à la création de sites web et qui n'attendent qu'une chose : qu'on leur explique pas à pas comment tout cela fonctionne avec des mots simples et des exemples concrets !

Nous découvrirons dans ce cours les célèbres langages HTML5 et CSS3 que l'on utilise aujourd'hui pour concevoir des sites web. Même si ces "langages" ne signifient pas encore grand chose pour vous, rassurez-vous : tout ce que vous avez besoin de savoir sera expliqué dans ce cours ! Vous découvrirez notamment comment :

Vous n'avez qu'une chose à faire : lisez les chapitres dans l'ordre et découvrez le monde fascinant de la création de sites web avec HTML5 et CSS3 !

Image utilisateurImage utilisateurImage utilisateurAperçu de sites web créés à l'aide des langages HTML5 et CSS3 que nous allons découvrir

Image utilisateurLes 10 premiers exercices gratuits en bêta !

Image utilisateurCe cours vous plaît ?

Si vous avez aimé ce cours, vous pouvez retrouver le livre "Réalisez votre site web avec HTML5 et CSS3" du même auteur, en vente sur le Site du Zéro, en librairie et dans les boutiques en ligne. Vous y trouverez ce cours adapté au format papier avec une série de chapitres inédits.

Vous pouvez également obtenir cet ouvrage au format eBook sur Amazon ou sur iTunes.

Plus d'informations

Comment fait-on pour créer des sites web ?

Le fonctionnement des sites web

Bonjour et bienvenue à toutes et à tous !

Voici donc le premier chapitre de ce livre pour débutants, qui va vous apprendre à créer votre site web !

Nous allons passer un certain temps ensemble, tout dépendra de la vitesse à laquelle vous apprendrez. Si vous lisez ce livre régulièrement et à une bonne vitesse, vous l'aurez terminé en une à deux semaines. Mais si vous avez besoin d'un peu plus de temps, ne vous inquiétez pas : le principal est que vous y alliez à votre rythme, de préférence en prenant du bon temps.

Je vous propose de commencer par la question la plus simple mais aussi la plus importante : comment fonctionnent les sites web ?

Le fonctionnement des sites web

Comment fait-on pour créer des sites web ? HTML et CSS : deux langages pour créer un site web

Comment fonctionnent les sites web ?

Non, n'ayez pas peur de poser des questions même si vous pensez qu'elles sont « bêtes ». Il est très important que nous en parlions un peu avant de nous lancer à fond dans la création de sites !

Je suis certain que vous consultez des sites web tous les jours. Pour cela, vous lancez un programme appelé le navigateur web en cliquant sur l'une des icônes représentées à la figure suivante.

Les icônes des navigateurs web les plus répandus
Les icônes des navigateurs web les plus répandus

Avec le navigateur, vous pouvez consulter n'importe quel site web. Voici par exemple un navigateur affichant le célèbre site web Wikipédia (figure suivante).

Le site web Wikipédia
Le site web Wikipédia

Je suis sûr que vous avez l'habitude d'utiliser un navigateur web ! Aujourd'hui, tout le monde sait aller sur le Web… mais qui sait vraiment comment le Web fonctionne ? Comment créer des sites web comme celui-ci ?

J'ai entendu parler de HTML, de CSS, est-ce que cela a un rapport avec le fonctionnement des sites web ?

Tout à fait !

Il s'agit de langages informatiques qui permettent de créer des sites web. Tous les sites web sont basés sur ces langages, ils sont incontournables et universels aujourd'hui. Ils sont à la base même du Web. Le langage HTML a été inventé par un certain Tim Berners-Lee en 1991…

Tim Berners-Lee suit encore aujourd'hui avec attention l'évolution du Web. Il a créé le World Wide Web Consortium (W3C) qui définit les nouvelles versions des langages liés au Web. Il a par ailleurs créé plus récemment la World Wide Web Foundation qui analyse et suit l'évolution du Web.

Les langages HTML et CSS sont à la base du fonctionnement de tous les sites web. Quand vous consultez un site avec votre navigateur, il faut savoir que, en coulisses, des rouages s'activent pour permettre au site web de s'afficher. L'ordinateur se base sur ce qu'on lui a expliqué en HTML et CSS pour savoir ce qu'il doit afficher, comme le montre la figure suivante.

Du HTML à l'écran
Du HTML à l'écran

HTML et CSS sont deux « langues » qu'il faut savoir parler pour créer des sites web. C'est le navigateur web qui fera la traduction entre ces langages informatiques et ce que vous verrez s'afficher à l'écran.

Vous vous demandez sûrement pourquoi il faut connaître deux langages pour créer des sites web ? Je vous réponds sans plus tarder !

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Comment fait-on pour créer des sites web ? HTML et CSS : deux langages pour créer un site web

HTML et CSS : deux langages pour créer un site web

Le fonctionnement des sites web L'éditeur de texte

Pour créer un site web, on doit donner des instructions à l'ordinateur. Il ne suffit pas simplement de taper le texte qui devra figurer dans le site (comme on le ferait dans un traitement de texte Word, par exemple), il faut aussi indiquer où placer ce texte, insérer des images, faire des liens entre les pages, etc.

Les rôles de HTML et CSS

Pour expliquer à l'ordinateur ce que vous voulez faire, il va falloir utiliser un langage qu'il comprend. Et c'est là que les choses se corsent, parce qu'il va falloir apprendre deux langages !

Pourquoi avoir créé deux langages ? Un seul aurait suffi, non ?

Vous devez vous dire que manipuler deux langages va être deux fois plus complexe et deux fois plus long à apprendre… mais ce n'est pas le cas ! Je vous rassure, s'il y a deux langages c'est, au contraire, pour faciliter les choses. Nous allons avoir affaire à deux langages qui se complètent car ils ont des rôles différents :

Vous pouvez très bien créer un site web uniquement en HTML, mais celui-ci ne sera pas très beau : l'information apparaîtra « brute ». C'est pour cela que le langage CSS vient toujours le compléter.

Pour vous donner une idée, la figure suivante montre ce que donne la même page sans CSS puis avec le CSS.

Avec et sans CSS
Avec et sans CSS

Le HTML définit le contenu (comme vous pouvez le voir, c'est brut de décoffrage !). Le CSS permet, lui, d'arranger le contenu et de définir la présentation : couleurs, image de fond, marges, taille du texte…

Comme vous vous en doutez, le CSS a besoin d'une page HTML pour fonctionner. C'est pour cela que nous allons d'abord apprendre les bases du HTML avant de nous occuper de la décoration en CSS.

Vos premières pages ne seront donc pas les plus esthétiques, mais qu'importe ! Cela ne durera pas longtemps.

Les différentes versions de HTML et CSS

Au fil du temps, les langages HTML et CSS ont beaucoup évolué. Dans la toute première version de HTML (HTML 1.0) il n'était même pas possible d'afficher des images !

Voici un très bref historique de ces langages pour votre culture générale.

Les versions de HTML

Les versions de CSS

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Le fonctionnement des sites web L'éditeur de texte

L'éditeur de texte

HTML et CSS : deux langages pour créer un site web Les navigateurs

De quel logiciel vais-je avoir besoin pour créer mon site web ?

Vais-je devoir casser ma tirelire pour acheter un logiciel très complexe que je vais mettre des mois à comprendre ?

Il existe effectivement de nombreux logiciels dédiés à la création de sites web. Mais, je vous rassure, vous n'aurez pas à débourser un seul centime. Pourquoi aller chercher un logiciel payant et compliqué, alors que vous avez déjà tout ce qu'il faut chez vous ?

Eh oui, accrochez-vous bien parce qu'il suffit de… Bloc-Notes (figure suivante) !

Le logiciel Bloc-notes de Windows
Le logiciel Bloc-notes de Windows

Incroyable mais vrai : on peut tout à fait créer un site web uniquement avec Bloc-Notes, le logiciel d'édition de texte intégré par défaut à Windows. D'ailleurs, j'avoue, c'est comme cela que j'ai commencé moi-même il y a quelques années.

Il y a cependant des logiciels plus puissants aujourd'hui et personne n'utilise vraiment Bloc-Notes. On peut classer ces logiciels de création de site web en deux catégories :

Vous l'aurez compris, je vais vous inviter à utiliser un éditeur de texte dans ce cours. Voici quelques conseils, selon que vous êtes sous Windows, Mac OS X ou Linux.

Sous Windows

Il existe une grande quantité d'éditeurs de texte, je ne pourrai pas vous les présenter tous. Néanmoins, je vous invite à vous pencher sur Notepad++, l'un des plus utilisés parmi ceux disponibles pour Windows. Ce logiciel est simple, en français et gratuit.

Site web de Notepad++

Voici à quoi ressemble Notepad++ lorsque vous le lancez (figure suivante).

Notepad++
Notepad++

Je vous conseille de faire la manipulation suivante : allez dans le menu Langage > H > HTML. Cela permettra au logiciel de savoir que l'on va taper du HTML.

Lorsque vous utiliserez le logiciel, il colorera votre code (figure suivante), ce qui vous permettra de vous repérer plus facilement.

Coloration sous Notepad++
Coloration sous Notepad++

Il existe d'autres éditeurs disponibles sous Windows. Si Notepad++ ne vous convient pas, vous pouvez essayer :

Sous Mac OS X

Vous pouvez essayer l'un des logiciels suivants :

Sous Linux

Les éditeurs de texte sont légion sous Linux. Certains d'entre eux sont installés par défaut, d'autres peuvent être téléchargés facilement via le centre de téléchargement (sous Ubuntu notamment) ou au moyen de commandes comme apt-get et aptitude. Voici quelques logiciels que vous pouvez tester :

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

HTML et CSS : deux langages pour créer un site web Les navigateurs

Les navigateurs

L'éditeur de texte Votre première page web en HTML

Pourquoi le navigateur est important

Le navigateur est le programme qui nous permet de voir les sites web. Comme je vous l'ai expliqué plus tôt, le travail du navigateur est de lire le code HTML et CSS pour afficher un résultat visuel à l'écran. Si votre code CSS dit « Les titres sont en rouge », alors le navigateur affichera les titres en rouge. Le rôle du navigateur est donc essentiel !

On ne dirait pas, mais un navigateur est un programme extrêmement complexe. En effet, comprendre le code HTML et CSS n'est pas une mince affaire. Le principal problème, vous vous en rendrez vite compte, c'est que les différents navigateurs n'affichent pas le même site exactement de la même façon ! Il faudra vous y faire et prendre l'habitude de vérifier régulièrement que votre site fonctionne correctement sur la plupart des navigateurs.

Les navigateurs sur ordinateur

Télécharger les navigateurs

Il existe de nombreux navigateurs différents. Voici les principaux à connaître :

Navigateur

OS

Téléchargement

Commentaires

Google Chrome

Google Chrome
Google Chrome

Windows

Mac

Linux

Téléchargement

Le navigateur de Google, simple d'emploi et très rapide.
C'est le navigateur que j'utilise au quotidien.

Mozilla Firefox

Logo Firefox
Logo Firefox

Windows

Mac

Linux

Téléchargement

Le navigateur de la fondation Mozilla, célèbre et réputé.

Je l'utilise fréquemment pour tester mes sites web.

Internet Explorer

IE9
IE9

Windows

Téléchargement

(Déjà installé sur Windows)

Le navigateur de Microsoft, qui équipe tous les PC Windows.

Je l'utilise fréquemment pour tester mes sites web.

Safari

Logo Safari
Logo Safari

Windows

Mac

Téléchargement

(Déjà installé sur Mac OS X)

Le navigateur d'Apple, qui équipe tous les Mac.

Opera

Logo Opera
Logo Opera

Windows

Mac

Linux

Téléchargement

L'éternel outsider.

Il est moins utilisé mais propose de nombreuses fonctionnalités.

La figure suivante vous montre un aperçu du résultat produit par quelques-uns de ces principaux navigateurs sur la page d'accueil de Google.

Aperçu de quelques navigateurs
Aperçu de quelques navigateurs

Comprendre les différences entre navigateurs

Comme je vous le disais plus tôt, les navigateurs n'affichent pas toujours un même site web exactement de la même façon. Pourquoi ? Cela est dû au fait que les navigateurs ne connaissent pas toujours les dernières fonctionnalités de HTML et CSS. Par exemple, Internet Explorer a longtemps été en retard sur certaines fonctionnalités CSS (et paradoxalement, il a aussi été en avance sur quelques autres).

Pour compliquer les choses, plusieurs versions des navigateurs co-existent :

Chaque version prend en charge de nouvelles fonctionnalités mais, si les utilisateurs ne mettent pas à jour leur(s) navigateur(s), cela devient un problème pour les webmasters comme vous qui créent des sites web.

Chrome a résolu en grande partie le problème en mettant en place des mises à jour automatiques, sans intervention de l'utilisateur. Les utilisateurs de Firefox ne pensent pas toujours à mettre à niveau leur navigateur ; quant à Internet Explorer, les utilisateurs sont d'autant moins incités à mettre à jour leur navigateur que les dernières versions nécessitent aussi de passer à une version récente de Windows (Internet Explorer 9 n'est pas disponible pour Windows XP, par exemple).

Des sites comme normansblog.de et caniuse.com tiennent notamment à jour une liste des fonctionnalités CSS prises en charge par les différentes versions de chaque navigateur (figure suivante).

Les fonctionnalités gérées par les différents navigateursLes fonctionnalités gérées par les différents navigateurs

Comme vous le voyez, c'est… compliqué.

L'essentiel des soucis viendra le plus souvent des anciennes versions d'Internet Explorer (IE6, IE7, IE8). Il faudra vérifier comment le site s'affiche sous ces anciennes versions… Attendez-vous à des surprises ! Vérifiez surtout que votre site s'affiche sans erreur, sans chercher à obtenir exactement le même rendu sur les vieilles versions de ces navigateurs.

Les navigateurs sur mobile

En plus des navigateurs que je vous ai présentés, il faut savoir qu'il existe des variantes de ces navigateurs conçues pour les téléphones portables, en particulier pour les smartphones.

De plus en plus de personnes consultent aujourd'hui des sites web sur leur portable, il faut donc connaître un minimum le fonctionnement des navigateurs des téléphones.

En fait, vous n'allez pas être dépaysés : la plupart des navigateurs sur smartphones sont les mêmes que sur ordinateur, dans une version plus légère adaptée aux mobiles. Tout dépend du type de téléphone.

Les navigateurs pour mobiles prennent en charge la plupart des dernières fonctionnalités de HTML et CSS. De plus, le système de mise à jour automatisé des mobiles nous garantit que les utilisateurs auront le plus souvent les dernières versions.

Sachez néanmoins que des différences existent entre ces différents navigateurs mobiles et qu'il est conseillé de tester son site sur ces appareils aussi ! En particulier, l'écran étant beaucoup moins large, il faudra vérifier que votre site s'affiche correctement.

En résumé

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

L'éditeur de texte Votre première page web en HTML

Votre première page web en HTML

Les navigateurs Créer une page web avec l'éditeur

Ça y est, vous avez installé tous les logiciels ? Vous devriez maintenant avoir un éditeur de texte pour créer votre site (comme Notepad++) et plusieurs navigateurs pour le tester (Mozilla Firefox, Google Chrome, Internet Explorer…).

Dans ce chapitre, nous allons commencer à pratiquer ! Nous allons découvrir les bases du langage HTML et enregistrer notre toute première page web !

Alors oui, bien sûr, ne vous attendez pas encore à réaliser une page web exceptionnelle dès ce second chapitre, mais patience… cela viendra !

Créer une page web avec l'éditeur

Votre première page web en HTML Les balises et leurs attributs

Allez, mettons-nous en situation ! Comme je vous l'ai dit, nous allons créer notre site dans un éditeur de texte. Vous avez dû en installer un suite à mes conseils dans le premier chapitre : qu'il s'appelle Notepad++, PSpad, jEdit, vim, TextWrangler… peu importe. Ces logiciels ont un but très simple : vous permettre d'écrire du texte !

Dans la suite de ce cours, je travaillerai avec Notepad++. Je vais donc l'ouvrir (figure suivante).

Ouverture de Notepad++
Ouverture de Notepad++

Bon, qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Qu'est-ce qu'on écrit sur cette feuille blanche ?

On va faire un petit essai. Je vous invite à écrire ce qui vous passe par la tête, comme moi à la figure suivante.

Du texte dans Notepad++
Du texte dans Notepad++

Vous pouvez écrire les mêmes phrases que moi ou ce que vous voulez ; le but est d'écrire quelque chose.

Maintenant, enregistrons ce fichier. Pour cela, c'est très simple : comme dans tous les programmes, vous avez un menu Fichier > Enregistrer. Une boîte de dialogue vous demande où enregistrer le fichier et sous quel nom. Enregistrez-le où vous voulez. Donnez au fichier le nom que vous voulez, en terminant par .html, par exemple test.html, comme indiqué à la figure suivante.

Enregistrement d'un fichier sous Notepad++
Enregistrement d'un fichier sous Notepad++

Ouvrez maintenant l'explorateur de fichiers dans le dossier où vous avez enregistré votre page. Vous y verrez le fichier que vous venez de créer (figure suivante).

Le fichier dans l'explorateur
Le fichier dans l'explorateur

L'icône qui représente le fichier dépend de votre navigateur web par défaut. Ici, l'icône est celle de Google Chrome, mon navigateur par défaut, mais le fichier a peut-être une autre icône chez vous. Voici par exemple les icônes qui apparaissent lorsque votre navigateur principal est Firefox ou Internet Explorer (figure suivante).

Icône fichier Firefox
Icône fichier Firefox
Icône fichier Internet Explorer
Icône fichier Internet Explorer

Faites simplement un double-clic sur ce fichier et… votre navigateur s'ouvre et, comme à la figure suivante, affiche le texte que vous avez écrit.

La page web affichée
La page web affichée

Cela ne marche pas bien, on dirait ! Tout le texte s'affiche sur la même ligne alors qu'on avait écrit deux lignes de texte différentes !?

En effet, bien vu !

Le texte s'affiche sur la même ligne alors qu'on avait demandé à l'écrire sur deux lignes différentes. Que se passe-t-il ?

En fait, pour créer une page web il ne suffit pas de taper simplement du texte comme on vient de le faire. En plus de ce texte, il faut aussi écrire ce qu'on appelle des balises, qui vont donner des instructions à l'ordinateur comme « aller à la ligne », « afficher une image », etc.

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Votre première page web en HTML Les balises et leurs attributs

Les balises et leurs attributs

Créer une page web avec l'éditeur Structure de base d'une page HTML5

Bon, tout cela était trop facile. Évidemment, il a fallu que ces satanés informaticiens s'en mêlent et compliquent les choses. Il ne suffit pas d'écrire « simplement » du texte dans l'éditeur, il faut aussi donner des instructions à l'ordinateur. En HTML, on utilise pour cela des balises.

Les balises

Les pages HTML sont remplies de ce qu'on appelle des balises. Celles-ci sont invisibles à l'écran pour vos visiteurs, mais elles permettent à l'ordinateur de comprendre ce qu'il doit afficher.

Les balises se repèrent facilement. Elles sont entourées de « chevrons », c'est-à-dire des symboles < et >, comme ceci : <balise>

À quoi est-ce qu'elles servent ? Elles indiquent la nature du texte qu'elles encadrent. Elles veulent dire par exemple : « Ceci est le titre de la page », « Ceci est une image », « Ceci est un paragraphe de texte », etc.

On distingue deux types de balises : les balises en paires et les balises orphelines.

Les balises en paires

Elles s'ouvrent, contiennent du texte, et se ferment plus loin. Voici à quoi elles ressemblent :

<titre>Ceci est un titre</titre>

On distingue une balise ouvrante (<titre>) et une balise fermante (</titre>) qui indique que le titre se termine. Cela signifie pour l'ordinateur que tout ce qui n'est pas entre ces deux balises… n'est pas un titre.

Ceci n'est pas un titre <titre>Ceci est un titre</titre> Ceci n'est pas un titre

Les balises orphelines

Ce sont des balises qui servent le plus souvent à insérer un élément à un endroit précis (par exemple une image). Il n'est pas nécessaire de délimiter le début et la fin de l'image, on veut juste dire à l'ordinateur « Insère une image ici ».

Une balise orpheline s'écrit comme ceci :

<image />

Les attributs

Les attributs sont un peu les options des balises. Ils viennent les compléter pour donner des informations supplémentaires. L'attribut se place après le nom de la balise ouvrante et a le plus souvent une valeur, comme ceci :

<balise attribut="valeur">

À quoi cela sert-il ? Prenons la balise <image /> que nous venons de voir. Seule, elle ne sert pas à grand chose. On pourrait rajouter un attribut qui indique le nom de l'image à afficher :

<image nom="photo.jpg" />

L'ordinateur comprend alors qu'il doit afficher l'image contenue dans le fichier photo.jpg.

Dans le cas d'une balise fonctionnant « par paire », on ne met les attributs que dans la balise ouvrante et pas dans la balise fermante. Par exemple, ce code indique que la citation est de Neil Armstrong et qu'elle date du 21 Juillet 1969 :

<citation auteur="Neil Armstrong" date="21/07/1969">
C'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l'humanité.
</citation>
Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Créer une page web avec l'éditeur Structure de base d'une page HTML5

Structure de base d'une page HTML5

Les balises et leurs attributs Les commentaires

Reprenons notre éditeur de texte (dans mon cas Notepad++). Je vous invite à écrire ou à copier-coller le code source ci-dessous dans Notepad++. Ce code correspond à la base d'une page web en HTML5 :

<!DOCTYPE html>
<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <title>Titre</title>
    </head>

    <body>
    
    </body>
</html>

Copié dans Notepad++, cela donne la figure suivante.

Code HTML5 minimal dans Notepad++
Code HTML5 minimal dans Notepad++

Vous noterez que les balises s'ouvrent et se ferment dans un ordre précis. Par exemple, la balise <html> est la première que l'on ouvre et c'est aussi la dernière que l'on ferme (tout à la fin du code, avec </html>). Les balises doivent être fermées dans le sens inverse de leur ouverture. Un exemple :

Euh, on pourrait avoir des explications sur toutes les balises que l'on vient de copier dans l'éditeur, m'sieur ?

Bien sûr, c'est demandé si gentiment.

Ne prenez pas peur en voyant toutes ces balises d'un coup, je vais vous expliquer leur rôle !

Le doctype

<!DOCTYPE html>

La toute première ligne s'appelle le doctype. Elle est indispensable car c'est elle qui indique qu'il s'agit bien d'une page web HTML.

Ce n'est pas vraiment une balise comme les autres (elle commence par un point d'exclamation), vous pouvez considérer que c'est un peu l'exception qui confirme la règle.

La balise </html>

<html>

</html>

C'est la balise principale du code. Elle englobe tout le contenu de votre page. Comme vous pouvez le voir, la balise fermante </html> se trouve tout à la fin du code !

L'en-tête <head> et le corps <body>

Une page web est constituée de deux parties :

Pour le moment, le corps est vide (nous y reviendrons plus loin). Intéressons-nous par contre aux deux balises contenues dans l'en-tête…

L'encodage (charset)

<meta charset="utf-8" />

Cette balise indique l'encodage utilisé dans votre fichier .html.

Sans rentrer dans les détails, car cela pourrait vite devenir compliqué, l'encodage indique la façon dont le fichier est enregistré. C'est lui qui détermine comment les caractères spéciaux vont s'afficher (accents, idéogrammes chinois et japonais, caractères arabes, etc.).

Il y a plusieurs techniques d'encodage portant des noms bizarres et utilisées en fonction des langues : ISO-8859-1, OEM 775, Windows-1253… Une seule cependant devrait être utilisée aujourd'hui autant que possible : UTF-8. Cette méthode d'encodage permet d'afficher sans aucun problème pratiquement tous les symboles de toutes les langues de notre planète ! C'est pour cela que j'ai indiqué utf-8 dans cette balise.

Il faut aussi que votre fichier soit bien enregistré en UTF-8. C'est le cas le plus souvent sous Linux par défaut mais, sous Windows, il faut généralement le dire au logiciel.

Le titre principal de la page

<title>

C'est le titre de votre page, probablement l'élément le plus important ! Toute page doit avoir un titre qui décrit ce qu'elle contient.

Il est conseillé de garder le titre assez court (moins de 100 caractères en général).

Le titre ne s'affiche pas dans votre page mais en haut de celle-ci (souvent dans l'onglet du navigateur). Enregistrez votre page web et ouvrez-la dans votre navigateur. Vous verrez que le titre s'affiche dans l'onglet, comme sur la figure suivante.

Le titre de la page apparaît en haut du navigateur
Le titre de la page apparaît en haut du navigateur

Il faut savoir que le titre apparaît aussi dans les résultats de recherche, comme sur Google (figure suivante).

Le titre de la page apparaît dans les recherches Google
Le titre de la page apparaît dans les recherches Google

Autant vous dire que bien choisir son titre est important !

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Les balises et leurs attributs Les commentaires

Les commentaires

Structure de base d'une page HTML5 Organiser son texte

Nous avons appris à créer notre première vraie page HTML dans ce chapitre. Avant de terminer, j'aimerais vous présenter le principe des commentaires.

Un commentaire en HTML est un texte qui sert simplement de mémo. Il n'est pas affiché, il n'est pas lu par l'ordinateur, cela ne change rien à l'affichage de la page.

Bref, cela ne sert à rien ?

Eh bien si !

Cela sert à vous et aux personnes qui liront le code source de votre page. Vous pouvez utiliser les commentaires pour laisser des indications sur le fonctionnement de votre page.

Quel intérêt ? Cela vous permettra de vous rappeler comment fonctionne votre page si vous revenez sur votre code source après un long moment d'absence. Ne rigolez pas, cela arrive à tous les webmasters.

Insérer un commentaire

Un commentaire est une balise HTML avec une forme bien spéciale :

<!-- Ceci est un commentaire -->

Vous pouvez le mettre où vous voulez au sein de votre code source : il n'a aucun impact sur votre page, mais vous pouvez vous en servir pour vous aider à vous repérer dans votre code source (surtout s'il est long).

<!DOCTYPE html>
<html>
    <head>
        <!-- En-tête de la page -->
        <meta charset="utf-8" />
        <title>Titre</title>
    </head>

    <body>
        <!-- Corps de la page -->
    </body>
</html>

Tout le monde peut voir vos commentaires… et tout votre code HTML !

Terminons par une remarque importante : tout le monde peut voir le code HTML de votre page une fois celle-ci mise en ligne sur le Web. Il suffit de faire un clic droit sur la page et de sélectionner « Afficher le code source de la page » (l'intitulé peut changer selon votre navigateur), comme le montre la figure suivante.

Menu afficher le code source
Menu afficher le code source

Le code source s'affiche alors (figure suivante).

Affichage du code source
Affichage du code source

Vous pouvez tester cette manipulation sur n'importe quel site web, cela marche ! Garanti à 100%. Cela s'explique assez facilement : le navigateur doit obtenir le code HTML pour savoir ce qu'il faut afficher. Le code HTML de tous les sites est donc public.

La morale de l'histoire ? Tout le monde pourra voir votre code HTML et vous ne pouvez pas l'empêcher. Par conséquent, ne mettez pas d'informations sensibles comme des mots de passe dans les commentaires… et soignez votre code source, car je pourrai venir vérifier si vous avez bien suivi mon cours à la lettre !

En résumé

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Structure de base d'une page HTML5 Organiser son texte

Organiser son texte

Les commentaires Les paragraphes

Bon, la page blanche c'est bien joli, mais votre site web risque d'avoir un succès mitigé si vous le laissez comme cela.

Nous allons découvrir de nombreuses balises HTML dans ce chapitre. Certaines existent depuis la toute première version de HTML, d'autres ont été introduites plus récemment dans HTML5.

Nous allons voir successivement dans ce chapitre :

Motivés ? Allez, vous allez voir, ce n'est pas compliqué.

Les paragraphes

Organiser son texte Les titres

La plupart du temps, lorsqu'on écrit du texte dans une page web, on le fait à l'intérieur de paragraphes. Le langage HTML propose justement la balise <p> pour délimiter les paragraphes.

<p>Bonjour et bienvenue sur mon site !</p>

Comme je vous l'ai dit au chapitre précédent, on écrit le contenu du site web entre les balises <body></body>. Il nous suffit donc de mettre notre paragraphe entre ces deux balises et nous aurons enfin notre première vraie page web avec du texte !

Je reprends donc exactement le même code qu'au chapitre précédent et j'y ajoute mon paragraphe :

<!DOCTYPE html>
<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <title>Paragraphes</title>
    </head>

    <body>
        <p>Bonjour et bienvenue sur mon site !</p>
    </body>
</html>

Essayez, vous allez voir le résultat !

Bon, ok, ce n'est pas encore le nirvana mais c'est un bon début.

Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Nous allons voir maintenant quelque chose d'un peu particulier en HTML : le saut de ligne. Cela paraît simple et pourtant, cela ne fonctionne pas vraiment comme dans un traitement de texte habituel…

Sauter une ligne

En HTML, si vous appuyez sur la touche Entrée, cela ne crée pas une nouvelle ligne comme vous en avez l'habitude. Essayez donc ce code :

<!DOCTYPE html>
<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <title>Essais de sauts de ligne</title>
    </head>

    <body>
        <p>Bonjour et bienvenue sur mon site !
            Ceci est mon premier test alors soyez indulgents s'il vous plaît, j'apprends petit à petit comment cela marche.
            Pour l'instant c'est un peu vide, mais revenez dans 2-3 jours quand j'aurai appris un peu plus de choses, je vous assure que vous allez être surpris !</p>
    </body>
</html>

Tout le texte s'affiche sur la même ligne alors qu'on est bien allé à la ligne dans le code ! Taper frénétiquement sur la touche Entrée dans l'éditeur de texte ne sert donc strictement à rien.

Comme vous devez vous en douter, il y a pourtant bien un moyen de faire des sauts de ligne en HTML.

En fait, si vous voulez écrire un deuxième paragraphe, il vous suffit d'utiliser une deuxième balise <p>.

Votre code HTML devrait donc être au final rempli de balises de paragraphe !

Un exemple :

<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <title>Paragraphes</title>
    </head>

    <body>
        <p>Bonjour et bienvenue sur mon site !
        Ceci est mon premier test alors soyez indulgents s'il vous plaît, j'apprends petit à petit comment cela marche.</p>
       
        <p>Pour l'instant c'est un peu vide, mais revenez dans 2-3 jours quand j'aurai appris un peu plus de choses, je vous assure que vous allez être surpris !</p>
    </body>
</html>

Le résultat se trouve à la figure suivante.

Deux paragraphes avec 2 balises <p>
Deux paragraphes avec 2 balises

Oui, mais si je veux juste aller à la ligne dans un paragraphe et non pas sauter une ligne ?

Eh bien devinez quoi : il existe une balise « Aller à la ligne » !

C'est une balise orpheline qui sert juste à indiquer qu'on doit aller à la ligne : <br />. Vous devez obligatoirement la mettre à l'intérieur d'un paragraphe.

Voici comment l'utiliser dans un code :

<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <title>Sauts de ligne</title>
    </head>

    <body>
        <p>Bonjour et bienvenue sur mon site !<br />
        Ceci est mon premier test alors soyez indulgents s'il vous plaît, j'apprends petit à petit comment cela marche.</p>

        <p>Pour l'instant c'est un peu vide, mais revenez dans 2-3 jours quand j'aurai appris un peu plus de choses, je vous assure que vous allez être surpris !</p>
    </body>
</html>

Donc c'est compris ?

Maintenant qu'on sait écrire des paragraphes, voyons voir comment on crée des titres.

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Organiser son texte Les titres

Les titres

Les paragraphes La mise en valeur

Lorsque le contenu de votre page va s'étoffer avec de nombreux paragraphes, il va devenir difficile pour vos visiteurs de se repérer. C'est là que les titres deviennent utiles.

En HTML, on est verni, on a le droit d'utiliser six niveaux de titres différents. Je veux dire par là qu'on peut dire « Ceci est un titre très important », « Ceci est un titre un peu moins important », « Ceci est un titre encore moins important », etc. On a donc six balises de titres différentes :

Ne vous laissez pas impressionner par toutes ces balises. En fait, six niveaux de titres, c'est beaucoup. Dans la pratique, personnellement, je n'utilise que les balises <h1>, <h2> et <h3>, et très rarement les autres (je n'ai pas souvent besoin de six niveaux de titres différents). Votre navigateur affiche le titre très important en très gros, le titre un peu moins important en un peu moins gros, etc.

Essayez de créer une page web avec des titres pour voir ce que cela donne :

<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <title>Niveaux de titres</title>
    </head>

    <body>
        <h1>Titre super important</h1>
        <h2>Titre important</h2>
        <h3>Titre un peu moins important (sous-titre)</h3>

        <h4>Titre pas trop important</h4>
        <h5>Titre pas important</h5>
        <h6>Titre vraiment pas important du tout</h6>
    </body>
</html>

Allez, je vous donne un exemple d'utilisation des titres dans une page web (vous allez voir que je ne me sers pas de toutes les balises) :

<html>
<head>
    <meta charset="utf-8" />
    <title>Présentation du Site du Zéro</title>
</head>

<body>
    <h1>Bienvenue sur le Site du Zéro !</h1>

    <p>Bonjour et bienvenue sur mon site : le Site du Zéro.<br />
       Le Site du Zéro, qu'est-ce que c'est ?</p>

    <h2>Des cours pour débutants</h2>
    
    <p>Le Site du Zéro vous propose des cours (tutoriels) destinés aux débutants : aucune connaissance n'est requise pour lire ces cours !</p>
    
    <p>Vous pourrez ainsi apprendre, sans rien y connaître auparavant, à créer un site web, à programmer, à construire des mondes en 3D !</p>

    <h2>Une communauté active</h2>
    
    <p>Vous avez un problème, un élément du cours que vous ne comprenez pas ? Vous avez besoin d'aide pour créer votre site ?<br />
    Rendez-vous sur les forums ! Vous y découvrirez que vous n'êtes pas le seul dans ce cas et vous trouverez très certainement quelqu'un qui vous aidera aimablement à résoudre votre problème.</p>
</body>
</html>

Voilà une page web qui prend forme !

Oui, mais moi je veux centrer mon titre, l'écrire en rouge et le souligner !

Nous ferons tout cela lorsque nous apprendrons le CSS (dès la deuxième partie du cours). Il faut savoir que <h1> ne signifie pas « Times New Roman, taille 16 pt », mais « Titre important ».

Grâce au langage CSS, vous pourrez dire « Je veux que mes titres importants soient centrés, rouges et soulignés ». Pour le moment, en HTML, nous ne faisons que structurer notre page. Nous rédigeons le contenu avant de nous amuser à le mettre en forme.

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Les paragraphes La mise en valeur

La mise en valeur

Les titres Les listes

Au sein de vos paragraphes, certains mots sont parfois plus importants que d'autres et vous aimeriez les faire ressortir. HTML vous propose différents moyens de mettre en valeur le texte de votre page.

Mettre un peu en valeur

Pour mettre un peu en valeur votre texte, vous devez utiliser la balise <em> </em>.

Son utilisation est très simple : encadrez les mots à mettre en valeur avec ces balises et c'est bon ! Je reprends un peu l'exemple de tout à l'heure et j'y mets quelques mots en évidence :

<html>
<head>
    <meta charset="utf-8" />
    <title>Emphase</title>
</head>

<body>
    <p>Bonjour et bienvenue sur mon site !<br />
    Ceci est mon premier test alors <em>soyez indulgents</em> s'il vous plaît, j'apprends petit à petit comment cela marche.</p>
</body>
</html>

Comme vous pouvez le voir, utiliser la balise <em> a pour conséquence de mettre le texte en italique. En fait, c'est le navigateur qui choisit comment afficher les mots. On lui dit que les mots sont assez importants et, pour faire ressortir cette information, il change l'apparence du texte en utilisant l'italique.

Mettre bien en valeur

Pour mettre un texte bien en valeur, on utilise la balise <strong> qui signifie « fort », ou « important » si vous préférez. Elle s'utilise exactement de la même manière que <em> :

<html>
<head>
    <meta charset="utf-8" />
    <title>Forte emphase</title>
</head>

<body>
    <p>Bonjour et bienvenue sur mon site !<br />
    Ceci est mon premier test alors <strong>soyez indulgents</strong> s'il vous plaît, j'apprends petit à petit comment cela marche.</p>
</body>
</html>

Vous voyez sûrement le texte s'afficher en gras. Là encore, le gras n'est qu'une conséquence. Le navigateur a choisi d'afficher en gras les mots importants pour les faire ressortir davantage.

La balise <strong> ne signifie pas « mettre en gras » mais « important ». On pourra décider plus tard, en CSS, d'afficher les mots « importants » d'une autre façon que le gras si on le souhaite.

Marquer le texte

La balise <mark> permet de faire ressortir visuellement une portion de texte. L'extrait n'est pas forcément considéré comme important mais on veut qu'il se distingue bien du reste du texte. Cela peut être utile pour faire ressortir un texte pertinent après une recherche sur votre site par exemple.

<html>
<head>
    <meta charset="utf-8" />
    <title>Marquage du texte</title>
</head>

<body>
    <p>Bonjour et bienvenue sur mon site !<br />
    Ceci est mon premier test alors <mark>soyez indulgents</mark> s'il vous plaît, j'apprends petit à petit comment cela marche.</p>
</body>
</html>

Par défaut, <mark> a pour effet de surligner le texte. On pourra changer l'affichage en CSS (décider de surligner dans une autre couleur, d'encadrer le texte, etc.). C'est le même principe que ce que je vous disais pour les balises précédentes : elles indiquent le sens des mots et non pas comment ceux-ci doivent s'afficher.

N'oubliez pas : HTML pour le fond, CSS pour la forme

Je vais peut-être vous sembler un peu lourd mais il est très important qu'on se comprenne bien car les débutants font souvent la même grosse erreur à ce stade. Ils ont vu les balises <em>, <strong>, <mark>… et ils se disent : « Chouette, j'ai découvert comment mettre en italique, en gras et comment surligner du texte en HTML ! ».

Et pourtant… ce n'est pas à cela que servent ces balises ! Je sais, je sais, vous allez me dire « Oui mais quand j'utilise <strong> le texte apparaît en gras, donc c'est pour mettre en gras. » et pourtant, c'est une erreur de croire que cette balise sert à cela.

Le rôle des balises est d'indiquer le sens du texte. Ainsi, <strong> indique à l'ordinateur « Ce texte est important ». C'est tout.

Et pour montrer que le texte est important, l'ordinateur décide de le mettre en gras (mais il pourrait aussi bien l'écrire en rouge !). La plupart des navigateurs affichent les textes importants en gras, mais rien ne les y oblige.

Je ne comprends pas. À quoi cela sert-il que l'ordinateur sache qu'un texte est important ?

Il n'est pas assez intelligent pour comprendre !

Détrompez-vous ! De nombreux programmes analysent le code source des pages web, à commencer par les robots de moteurs de recherche. Ces robots parcourent le Web en lisant le code HTML de tous les sites. C'est le cas des robots de Google et de Bing, par exemple. Les mots-clés « importants » ont tendance à avoir plus de valeur à leurs yeux, donc si quelqu'un fait une recherche sur ces mots, il a plus de chances de tomber sur votre site.

Bien entendu, c'est une explication grossière et il ne faut pas croire qu'utiliser la balise <strong> à tout-va améliorera votre référencement. Il faut simplement faire confiance aux ordinateurs : ils comprennent ce qu'un texte « important » veut dire et peuvent se servir de cette information.

Mais alors, comment fait-on pour mettre spécifiquement en gras, pour écrire en rouge, et tout et tout ?

Tout cela se fait en CSS. Souvenez-vous :

Nous verrons le CSS plus loin, pour l'instant nous nous concentrons sur le HTML et ses balises, qui ont chacune un sens particulier.

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Les titres Les listes

Les listes

La mise en valeur Créer des liens

Les listes nous permettent souvent de mieux structurer notre texte et d'ordonner nos informations.

Nous allons découvrir ici deux types de listes :

Liste non ordonnée

Une liste non ordonnée ressemble à ceci :

C'est un système qui nous permet de créer une liste d'éléments sans notion d'ordre (il n'y a pas de « premier » ni de « dernier »). Créer une liste non ordonnée est très simple. Il suffit d'utiliser la balise <ul> que l'on referme un peu plus loin avec </ul>.

Commencez donc à taper ceci :

<ul></ul>

Et maintenant, voilà ce qu'on va faire : on va écrire chacun des éléments de la liste entre deux balises <li></li>. Chacune de ces balises doit se trouver entre <ul> et </ul>. Vous allez comprendre de suite avec cet exemple :

<ul>
    <li>Fraises</li>
    <li>Framboises</li>
    <li>Cerises</li>
</ul>

Le résultat se trouve à la figure suivante.

Une liste non ordonnée
Une liste non ordonnée

Notez que la liste doit être placée à l'intérieur de <body></body>. À partir de maintenant, je ne mets pas tout le code de la page pour rester lisible.

Retenez donc ces deux balises :

Vous pouvez mettre autant d'éléments que vous voulez dans la liste à puces, vous n'êtes pas limités à trois éléments.

Et voilà, vous savez créer une liste à puces ! Pas si dur une fois qu'on a compris comment imbriquer les balises.

Liste ordonnée

Une liste ordonnée fonctionne de la même façon, seule une balise change : il faut remplacer <ul></ul> par <ol></ol>.

À l'intérieur de la liste, on ne change rien : on utilise toujours des balises <li></li> pour délimiter les éléments.

Comme c'est particulièrement intuitif, je vous laisse admirer la simplicité de cet exemple (résultat à la figure suivante) :

<h1>Ma journée</h1>

<ol>
    <li>Je me lève.</li>
    <li>Je mange et je bois.</li>
    <li>Je retourne me coucher.</li>
</ol>
Une liste ordonnée
Une liste ordonnée

Par rapport à l'exemple précédent, tout ce qu'on a eu à changer est donc la balise <ol>.

En résumé

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

La mise en valeur Créer des liens

Créer des liens

Les listes Un lien vers un autre site

Au chapitre précédent, vous avez appris à créer une page HTML toute simple. D'accord, elle n'était pas franchement magnifique, mais c'était une vraie page HTML quand même.

Comme vous le savez, un site web est composé de plusieurs pages. Comment faire pour aller d'une page vers une autre ? À l'aide de liens pardi ! Dans ce chapitre, nous allons justement apprendre à créer des liens entre nos pages.

Je suppose que chacun d'entre vous sait ce qu'est un lien : il s'agit d'un texte sur lequel on peut cliquer pour se rendre sur une autre page.

On peut faire un lien d'une page a.html vers une page b.html, mais on peut aussi faire un lien vers un autre site (par exemple, http://www.siteduzero.com). Dans les deux cas, nous allons voir que le fonctionnement est le même.

Un lien vers un autre site

Créer des liens Un lien vers une autre page de son site

Il est facile de reconnaître les liens sur une page : ils sont écrits d'une façon différente (par défaut, en bleu et soulignés) et un curseur en forme de main apparaît lorsqu'on pointe dessus.

Je vous propose d'essayer de coder le lien qui amène vers le Site du Zéro, comme à la figure suivante.

Lien vers le Site du Zéro
Lien vers le Site du Zéro

Pour faire un lien, la balise que nous allons utiliser est très simple à retenir : <a>. Il faut cependant lui ajouter un attribut, href, pour indiquer vers quelle page le lien doit conduire.

Par exemple, le code ci-dessous est un lien qui amène vers le Site du Zéro, situé à l'adresse http://www.siteduzero.com :

<a href="http://www.siteduzero.com">Site du Zéro</a>

Nous allons placer ce lien au sein d'un paragraphe. Voici donc comment reproduire l'exemple de la figure précédente :

<p>Bonjour. Souhaitez-vous visiter le <a href="http://www.siteduzero.com">Site du Zéro</a> ?<br />
C'est un bon site ! ;-)</p>

Si vous voulez faire un lien vers un autre site, il suffit donc de copier son adresse (on parle d'URL) en http://. Notez que certains liens commencent parfois par https:// (sites sécurisés) ou d'autres préfixes (ftp://,…).

Les liens que nous venons de voir sont appelés liens absolus car on indique l'adresse complète. Nous allons maintenant voir que l'on peut écrire les liens d'une façon un peu différente, ce qui va nous être utile pour faire des liens entre les pages de notre site.

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Créer des liens Un lien vers une autre page de son site

Un lien vers une autre page de son site

Un lien vers un autre site Un lien vers une ancre

Nous venons d'apprendre à créer des liens vers des sites existants. Mais je suis sûr que vous aimeriez faire des liens entre les différentes pages de votre site, non ?

Oui, justement, comment je fais pour faire un lien vers une autre page de mon site ? Je ne connais pas son adresse en http://…, je commence à peine à créer mon site là ! Je n'ai pas d'adresse.

En effet, pour le moment, vous êtes en train de créer votre site sur votre ordinateur. Vous êtes le seul à pouvoir le voir et il n'a pas encore « d'adresse web » qui commence en http:// comme la plupart des sites. Heureusement, cela ne va pas nous empêcher de travailler.

Deux pages situées dans un même dossier

Pour commencer, nous allons créer deux fichiers correspondant à deux pages HTML différentes. Comme je suis très inspiré, je vous propose de les appeler page1.html et page2.html. Nous aurons donc ces deux fichiers sur notre disque dans le même dossier (figure suivante).

Plusieurs fichiers HTML dans un même dossier
Plusieurs fichiers HTML dans un même dossier

Comment faire un lien de la page 1 vers la page 2, sans avoir d'adresse en http:// ? En fait, c'est facile : si les deux fichiers sont situés dans le même dossier, il suffit d'écrire comme cible du lien le nom du fichier vers lequel on veut amener. Par exemple : <a href="page2.html">. On dit que c'est un lien relatif.

Voici le code que nous allons utiliser dans nos fichiers page1.html et page2.html.

page1.html

<p>Bonjour. Souhaitez-vous consulter <a href="page2.html">la page 2</a> ?</p>

page2.html

La page 2 (page d'arrivée) affichera simplement un message pour indiquer que l'on est bien arrivé sur la page 2 :

<h1>Bienvenue sur la page 2 !</h1>

Deux pages situées dans des dossiers différents

Les choses se corsent un petit peu si les pages sont situées dans des dossiers différents. Idéalement, elles ne devraient pas être trop loin l'une de l'autre (dans un sous-dossier par exemple).

Imaginons que page2.html se trouve dans un sous-dossier appelé contenu, comme à la figure suivante.

Le fichier page2.html se trouve à l'intérieur du dossier contenu
Le fichier page2.html se trouve à l'intérieur du dossier contenu

Dans ce cas de figure, le lien doit être rédigé comme ceci :

<a href="contenu/page2.html">

S'il y avait plusieurs sous-dossiers, on écrirait ceci :

<a href="contenu/autredossier/page2.html">

Et si le fichier ne se trouve pas dans un sous-dossier mais dans un dossier « parent », on fait comment ?

Si votre fichier cible est placé dans un dossier qui se trouve « plus haut » dans l'arborescence, il faut écrire deux points comme ceci :

<a href="../page2.html">

Résumé en images

Les liens relatifs ne sont pas bien compliqués à utiliser une fois qu'on a compris le principe. Il suffit de regarder dans quel « niveau de dossier » se trouve votre fichier cible pour savoir comment écrire votre lien. La figure suivante fait la synthèse des différents liens relatifs possibles.

Les différents liens relatifs
Les différents liens relatifs
Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Un lien vers un autre site Un lien vers une ancre

Un lien vers une ancre

Un lien vers une autre page de son site Cas pratiques d'utilisation des liens

Une ancre est une sorte de point de repère que vous pouvez mettre dans vos pages HTML lorsqu'elles sont très longues.

En effet, il peut alors être utile de faire un lien amenant plus bas dans la même page pour que le visiteur puisse sauter directement à la partie qui l'intéresse.

Pour créer une ancre, il suffit de rajouter l'attribut id à une balise qui va alors servir de repère. Ce peut être n'importe quelle balise, un titre par exemple.

Utilisez l'attribut id pour donner un nom à l'ancre. Cela nous servira ensuite pour faire un lien vers cette ancre. Par exemple :

<h2 id="mon_ancre">Titre</h2>

Ensuite, il suffit de créer un lien comme d'habitude, mais cette fois l'attribut href contiendra un dièse (#) suivi du nom de l'ancre. Exemple :

<a href="#mon_ancre">Aller vers l'ancre</a>

Normalement, si vous cliquez sur le lien, cela vous amènera plus bas dans la même page (à condition que la page comporte suffisamment de texte pour que les barres de défilement se déplacent automatiquement).

Voici un exemple de page comportant beaucoup de texte et utilisant les ancres (j'ai mis n'importe quoi dans le texte pour remplir ) :

<h1>Ma grande page</h1>

<p>
    Aller directement à la partie traitant de :<br />
    <a href="#cuisine">La cuisine</a><br />
    <a href="#rollers">Les rollers</a><br />
    <a href="#arc">Le tir à l'arc</a><br />
</p>
<h2 id="cuisine">La cuisine</h2>

<p>... (beaucoup de texte) ...</p>

<h2 id="rollers">Les rollers</h2>

<p>... (beaucoup de texte) ...</p>

<h2 id="arc">Le tir à l'arc</h2>

<p>... (beaucoup de texte) ...</p>

S'il ne se passe rien quand vous cliquez sur les liens, c'est qu'il n'y a pas assez de texte. Dans ce cas, vous pouvez soit rajouter du blabla dans la page pour qu'il y ait (encore) plus de texte, soit réduire la taille de la fenêtre de votre navigateur pour faire apparaître les barres de défilement sur le côté.

Lien vers une ancre située dans une autre page

Alors là je vous préviens, on va faire le Mégamix !

L'idée, c'est de faire un lien qui ouvre une autre page ET qui amène directement à une ancre située plus bas sur cette page.

En pratique c'est assez simple à faire : il suffit de taper le nom de la page, suivi d'un dièse (#), suivi du nom de l'ancre.

Par exemple : <a href="ancres.html#rollers">

… vous amènera sur la page ancres.html, directement au niveau de l'ancre appelée rollers.

Voici une page qui contient trois liens, chacun amenant vers une des ancres de la page de l'exemple précédent :

<h1>Le Mégamix</h1>
<p>
    Rendez-vous quelque part sur une autre page :<br />
    <a href="ancres.html#cuisine">La cuisine</a><br />
    <a href="ancres.html#rollers">Les rollers</a><br />
    <a href="ancres.html#arc">Le tir à l'arc</a><br />
</p>
Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Un lien vers une autre page de son site Cas pratiques d'utilisation des liens

Cas pratiques d'utilisation des liens

Un lien vers une ancre Les images

Je vais essayer de vous montrer ici quelques cas pratiques d'utilisation des liens. Par exemple, saviez-vous qu'il est très facile de faire des liens qui lancent un téléchargement ? Qui créent un nouvel e-mail ? Qui ouvrent une nouvelle fenêtre ?

Non ? Eh bien nous allons voir tout cela ici.

Un lien qui affiche une infobulle au survol

Vous pouvez utiliser l'attribut title qui affiche une bulle d'aide lorsqu'on pointe sur le lien. Cet attribut est facultatif.

Vous aurez un résultat ressemblant à la figure suivante.

Une infobulle
Une infobulle

La bulle d'aide peut être utile pour informer le visiteur avant même qu'il n'ait cliqué sur le lien.

Voici comment reproduire ce résultat :

<p>Bonjour. Souhaitez-vous visiter le <a href="http://www.siteduzero.com" title="Réservé aux débutants">Site du Zéro</a> ?</p>

Un lien qui ouvre une nouvelle fenêtre

Il est possible de « forcer » l'ouverture d'un lien dans une nouvelle fenêtre. Pour cela, on rajoutera target="_blank" à la balise <a> :

<p>Bonjour. Souhaitez-vous visiter le <a href="http://www.siteduzero.com" target="_blank">Site du Zéro</a> ?<br />
Le site s'affichera dans une autre fenêtre.</p>

Un lien pour envoyer un e-mail

Si vous voulez que vos visiteurs puissent vous envoyer un e-mail, vous pouvez utiliser des liens de type mailto. Rien ne change au niveau de la balise, vous devez simplement modifier la valeur de l'attribut href comme ceci :

<p><a href="mailto:[email protected]">Envoyez-moi un e-mail !</a></p>

Il suffit donc de faire commencer le lien par mailto: et d'écrire l'adresse e-mail où on peut vous contacter. Si vous cliquez sur le lien, un nouveau message vide s'ouvre, prêt à être envoyé à votre adresse e-mail.

Un lien pour télécharger un fichier

Beaucoup d'entre vous se demandent comment cela se passe pour le téléchargement d'un fichier… En fait, il faut procéder exactement comme si vous faisiez un lien vers une page web, mais en indiquant cette fois le nom du fichier à télécharger.

Par exemple, supposez que vous vouliez faire télécharger monfichier.zip. Placez simplement ce fichier dans le même dossier que votre page web (ou dans un sous-dossier) et faites un lien vers ce fichier :

<p><a href="monfichier.zip">Télécharger le fichier</a></p>

C'est tout ! Le navigateur, voyant qu'il ne s'agit pas d'une page web à afficher, va lancer la procédure de téléchargement lorsqu'on cliquera sur le lien.

En résumé

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Un lien vers une ancre Les images

Les images

Cas pratiques d'utilisation des liens Les différents formats d'images

Insérer une image dans une page web ? Vous allez voir, c'est d'une facilité déconcertante… Enfin presque. Il existe différents formats d'image que l'on peut utiliser sur des sites web, et on ne doit pas les choisir au hasard. En effet, les images sont parfois volumineuses à télécharger, ce qui ralentit le temps de chargement de la page (beaucoup plus que le texte !).

Pour faire en sorte que vos pages restent lisibles et rapides à télécharger, suivez donc activement mes conseils !

Les différents formats d'images

Les images Insérer une image

Savez-vous ce qu'est un format d'image ?

Quand vous avez une image « entre les mains », vous avez la possibilité de l'enregistrer dans plusieurs « formats » différents. Le poids (en Ko, voire en Mo) de l'image sera plus ou moins élevé selon le format choisi et la qualité de l'image va changer.

Par exemple, le logiciel de dessin Paint (même si c'est loin d'être le meilleur) vous propose de choisir entre plusieurs formats lorsque vous enregistrez une image (figure suivante).

Différents formats d'image proposés par Paint
Différents formats d'image proposés par Paint

Certains formats sont plus adaptés que d'autres selon l'image (photo, dessin, image animée…). Notre but ici est de faire le tour des différents formats utilisés sur le Web pour que vous les connaissiez et sachiez choisir celui qui convient le mieux à votre image. Rassurez-vous, il n'y a pas beaucoup de formats différents, cela ne sera donc pas bien long.

Toutes les images diffusées sur Internet ont un point commun : elles sont compressées. Cela veut dire que l'ordinateur fait des calculs pour qu'elles soient moins lourdes et donc plus rapides à charger.

Le JPEG

Les images au format JPEG (Joint Photographic Expert Group) sont très répandues sur le Web. Ce format est conçu pour réduire le poids des photos (c'est-à-dire la taille du fichier associé), qui peuvent comporter plus de 16 millions de couleurs différentes. La figure suivante est une photo enregistrée au format JPEG.

Une photo de montagne en JPEG
Une photo de montagne en JPEG

Les images JPEG sont enregistrées avec l'extension .jpg ou .jpeg.

Notez que le JPEG détériore un peu la qualité de l'image, d'une façon généralement imperceptible. C'est ce qui le rend si efficace pour réduire le poids des photos.

Quand il s'agit d'une photo, on ne peut généralement pas détecter la perte de qualité. Par contre, si ce n'est pas une photo, vous risquez de voir l'image un peu « baver ». Dans ce cas, il vaut mieux utiliser le format PNG.

Le PNG

Le format PNG (Portable Network Graphics) est le plus récent de tous. Ce format est adapté à la plupart des graphiques (je serais tenté de dire « à tout ce qui n'est pas une photo »). Le PNG a deux gros avantages : il peut être rendu transparent et il n'altère pas la qualité de l'image.

Le PNG a été inventé pour concurrencer un autre format, le GIF, à l'époque où il fallait payer des royalties pour pouvoir utiliser des GIF. Depuis, le PNG a bien évolué et c'est devenu le format le plus puissant pour enregistrer la plupart des images.

Le PNG existe en deux versions, en fonction du nombre de couleurs que doit comporter l'image :

La figure suivante est une image PNG en 24 bits, représentant la célèbre mascotte Zozor du Site du Zéro.

Zozor en PNG
Zozor en PNG

Au fait, si le PNG 24 bits peut afficher autant de couleurs qu'une image JPEG, et qu'en plus il peut être rendu transparent sans modifier la qualité de l'image… quel est l'intérêt du JPEG ?

La compression du JPEG est plus puissante sur les photos. Une photo enregistrée en JPEG se chargera toujours beaucoup plus vite que si elle était enregistrée en PNG. Je vous conseille donc toujours de réserver le format JPEG aux photos.

Le GIF

C'est un format assez vieux, qui a été néanmoins très utilisé (et qui reste très utilisé par habitude). Aujourd'hui, le PNG est globalement bien meilleur que le GIF : les images sont généralement plus légères et la transparence est de meilleure qualité. Je vous recommande donc d'utiliser le PNG autant que possible.

Le format GIF est limité à 256 couleurs (alors que le PNG peut aller jusqu'à plusieurs millions de couleurs).

Néanmoins, le GIF conserve un certain avantage que le PNG n'a pas : il peut être animé.

Un GIF animé
Un GIF animé

Il existe un format adapté à chaque image

Si on résume, voici quel format adopter en fonction de l'image que vous avez :

Les erreurs à éviter

Bannissez les autres formats

Les autres formats non cités ici, comme le format BITMAP (*.bmp) sont à bannir car bien souvent ils ne sont pas compressés, donc trop gros. Ils ne sont pas du tout adaptés au Web. On peut en mettre sur son site mais le chargement sera vraiment extrêmement long !

Choisissez bien le nom de votre image

Si vous voulez éviter des problèmes, prenez l'habitude d'enregistrer vos fichiers avec des noms en minuscules, sans espace ni accent, par exemple : mon_image.png.

Vous pouvez remplacer les espaces par le caractère underscore (« _ ») comme je l'ai fait ici.

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Les images Insérer une image

Insérer une image

Les différents formats d'images Les figures

Revenons maintenant au code HTML pour découvrir comment placer des images dans nos pages web !

Insertion d'une image

Quelle est la fameuse balise qui va nous permettre d'insérer une image ? Il s'agit de… <img /> !

C'est une balise de type orpheline (comme <br />). Cela veut dire qu'on n'a pas besoin de l'écrire en deux exemplaires comme la plupart des autres balises que nous avons vues jusqu'ici. En effet, nous n'avons pas besoin de délimiter une portion de texte, nous voulons juste insérer une image à un endroit précis.

La balise doit être accompagnée de deux attributs obligatoires :

Les images doivent se trouver obligatoirement à l'intérieur d'un paragraphe (<p></p>). Voici un exemple d'insertion d'image :

<p>
    Voici une photo que j'ai prise lors de mes dernières vacances à la montagne :<br />
    <img src="images/montagne.jpg" alt="Photo de montagne" />
</p>

Bref, l'insertion d'image est quelque chose de très facile pour peu qu'on sache indiquer où se trouve l'image, comme on avait appris à le faire avec les liens.

La plus grosse « difficulté » (si on peut appeler cela une difficulté) consiste à choisir le bon format d'image. Ici, c'est une photo donc c'est évidemment le format JPEG qu'on utilise.

Ajouter une infobulle

L'attribut permettant d'afficher une bulle d'aide est le même que pour les liens : il s'agit de title. Cet attribut est facultatif (contrairement à alt).

Voici ce que cela peut donner :

<p>
    Voici une photo que j'ai prise lors de mes dernières vacances à la montagne :<br />
    <img src="images/montagne.jpg" alt="Photo de montagne" title="C'est beau les Alpes quand même !" />
</p>

Survolez la photo avec la souris pour voir l'infobulle apparaître.

Miniature cliquable

Si votre image est très grosse, il est conseillé d'en afficher la miniature sur votre site. Ajoutez ensuite un lien sur cette miniature pour que vos visiteurs puissent afficher l'image en taille originale.

Il existe des millions de logiciels permettant de créer des miniatures d'images. J'utilise personnellement Easy Thumbnails. Je vais ainsi disposer de deux versions de ma photo, comme à la figure suivante) : la miniature et l'image d'origine.

La miniature et son image d'origine
La miniature et son image d'origine

Je les place toutes les deux dans un dossier appelé par exemple img. J'affiche la version montagne_mini.jpg sur ma page et je fais un lien vers montagne.jpg pour que l'image agrandie s'affiche lorsqu'on clique sur la miniature.

Voici le code HTML que je vais utiliser pour cela :

<p>
    Vous souhaitez voir l'image dans sa taille d'origine ? Cliquez dessus !<br />
    <a href="img/montagne.jpg"><img src="img/montagne_mini.jpg" alt="Photo de montagne" title="Cliquez pour agrandir" /></a>
</p>
Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Les différents formats d'images Les figures

Les figures

Insérer une image Mettre en place le CSS

Au cours de la lecture de ce livre, vous avez déjà rencontré plusieurs fois des figures. Ce sont des éléments qui viennent enrichir le texte pour compléter les informations de la page.

Les figures peuvent être de différents types :

Bref, tout ce qui vient illustrer le texte est une figure. Nous allons ici nous intéresser aux images mais, contrairement à ce qu'on pourrait croire, les figures ne sont pas forcément des images : un code source aussi illustre le texte.

Création d'une figure

Reprenons par exemple cette capture d'écran du premier chapitre, représentée à la figure suivante.

Le logiciel Bloc-Notes
Le logiciel Bloc-Notes

En HTML5, on dispose de la balise <figure>. Voici comment on pourrait l'utiliser :

<figure>
    <img src="images/blocnotes.png" alt="Bloc-Notes" />
</figure>

Une figure est le plus souvent accompagnée d'une légende. Pour ajouter une légende, utilisez la balise <figcaption> à l'intérieur de la balise <figure>, comme ceci :

<figure>
    <img src="images/blocnotes.png" alt="Bloc-Notes" />
    <figcaption>Le logiciel Bloc-Notes</figcaption>
</figure>

Bien comprendre le rôle des figures

Un peu plus tôt dans ce chapitre, je vous ai dit que les images devaient être situées dans des paragraphes (placées à l'intérieur d'une balise <p></p>). Ce n'est pas tout à fait vrai.

Si vous faites de votre image une figure, l'image peut être située en-dehors d'un paragraphe.

<p>Connaissez-vous le logiciel Bloc-Notes ? On peut faire des sites web avec !</p>

<figure>
    <img src="images/blocnotes.png" alt="Bloc-Notes" />
    <figcaption>Le logiciel Bloc-Notes</figcaption>
</figure>

Je ne vois pas vraiment de changement. Quand dois-je placer mon image dans un paragraphe et quand dois-je la placer dans une figure ?

Bonne question ! Tout dépend de ce que votre image apporte au texte :

La balise <figure> a un rôle avant tout sémantique. Cela veut dire qu'elle indique à l'ordinateur que l'image a du sens et qu'elle est importante pour la bonne compréhension du texte. Cela peut permettre à un programme de récupérer toutes les figures du texte et de les référencer dans une table des figures, par exemple.

Enfin, sachez qu'une figure peut très bien comporter plusieurs images. Voici un cas où cela se justifie :

<figure>
    <img src="images/internetexplorer.png" alt="Logo Internet Explorer" />
    <img src="images/firefox.png" alt="Logo Mozilla Firefox" />
    <img src="images/chrome.png" alt="Logo Google Chrome" />
    <figcaption>Logos des différents navigateurs</figcaption>
</figure>

En résumé

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Insérer une image Mettre en place le CSS

Mettre en place le CSS

Les figures La petite histoire du CSS

Après avoir passé toute une première partie du cours à ne travailler que sur le HTML, nous allons maintenant découvrir le CSS que j'avais volontairement mis à l'écart. Le CSS n'est pas plus compliqué que le HTML. Il vient le compléter pour vous aider à mettre en forme votre page web.

Dans ce premier chapitre sur le CSS, nous allons voir la théorie sur le CSS : qu'est-ce que c'est ? À quoi cela ressemble-t-il ? Où est-ce qu'on écrit du code CSS ? Ces aspects théoriques ne sont pas bien compliqués mais vous devez obligatoirement les connaître car c'est la base du CSS. C'est d'ailleurs la seule chose que je vous demanderai de retenir par cœur en CSS, vous pourrez retrouver le reste dans le mémo en annexe.

Allez, ne traînons pas, je vois que vous brûlez d'impatience !

La petite histoire du CSS

Mettre en place le CSS Où écrit-on le CSS ?

Je vous avais avertis dès le début de ce cours : nous allons apprendre deux langages. Nous avons déjà bien entamé notre découverte du HTML, même s'il reste encore de nombreuses choses à apprendre (nous y reviendrons dans quelques chapitres). En revanche, il est temps maintenant de nous intéresser au CSS.

CSS (Cascading Style Sheets), c'est cet autre langage qui vient compléter le HTML.

Vous vous souvenez de son rôle ? Gérer la mise en forme de votre site.

Petit rappel : à quoi sert CSS ?

CSS ? C'est lui qui vous permet de choisir la couleur de votre texte.

Lui qui vous permet de sélectionner la police utilisée sur votre site.

Lui encore qui permet de définir la taille du texte, les bordures, le fond…

Et aussi, c'est lui qui permet de faire la mise en page de votre site. Vous pourrez dire : je veux que mon menu soit à gauche et occupe telle largeur, que l'en-tête de mon site soit calé en haut et qu'il soit toujours visible, etc.

Souvenez-vous de ce petit comparatif que nous avions vu dès le premier chapitre (figure suivante).

La même page HTML, sans et avec CSS (www.csszengarden.com)
La même page HTML, sans et avec CSS (www.csszengarden.com)

Grâce au HTML, nous avons pu rédiger le contenu de notre site mais il est brut de décoffrage. Le CSS vient compléter ce code pour mettre en forme tout cela et donner au contenu l'apparence que l'on souhaite.

CSS : des débuts difficiles

Il faut savoir qu'aux débuts du Web, CSS n'existait pas. En fait, il n'y avait initialement que le langage HTML.

Le HTML est né en 1991 et CSS en 1996. Alors, vous vous dites sûrement : comment faisait-on la mise en forme de 1991 à 1996 ? Eh bien, uniquement en HTML ! Il y avait en effet des balises HTML dédiées à la mise en forme. <font color="#aab1c3">, par exemple, permettait de définir la couleur du texte.

Cependant, les pages HTML commençaient à devenir assez complexes. Il y avait de plus en plus de balises et c'était un joyeux mélange entre le fond et la forme, qui rendait la mise à jour des pages web de plus en plus complexe. C'est pour cela que l'on a créé le langage CSS.

Cependant, le CSS n'a pas été adopté immédiatement par les webmasters, loin de là. Il fallait se défaire de certaines mauvaises habitudes et cela a pris du temps. Encore aujourd'hui, on peut trouver des sites web avec des balises HTML de mise en forme, anciennes et obsolètes, comme <font> !

CSS : la prise en charge des navigateurs

Tout comme le HTML, le CSS a évolué. Je vous avais indiqué qu'il y avait quatre versions importantes de CSS :

Ce sont les navigateurs web qui font le travail le plus complexe : ils doivent lire le code CSS et comprendre comment afficher la page.

Au début des années 2000, Internet Explorer était le navigateur le plus répandu mais sa gestion du CSS est longtemps restée assez médiocre (pour ne pas dire carrément mauvaise). C'était la grande époque de la version 6 (IE6), hélas encore utilisée aujourd'hui par une petite partie des internautes (heureusement, cette proportion tend à diminuer).

Depuis, de nombreux navigateurs sont arrivés et ont chahuté Internet Explorer : Mozilla Firefox bien sûr, mais aussi Google Chrome. Et je ne vous parle pas du succès des Mac et iPhone avec leur navigateur Safari. Cela a incité Microsoft à réagir et publier (après une longue période d'inactivité) IE 7, puis IE 8 et IE 9. On parle déjà de IE 10.

Bon, ton cours d'histoire, c'est bien joli mais en quoi cela me concerne-t-il aujourd'hui ?

Que faut-il retenir de tout cela ? Que les navigateurs ne connaissent pas toutes les propriétés CSS qui existent. Plus le navigateur est vieux, moins il connaît de fonctionnalités CSS.

Je vais vous présenter dans ce cours un certain nombre de fonctionnalités de CSS qui ne marchent pas forcément sur les navigateurs les plus vieux. Je ne peux pas l'éviter, c'est comme cela : aucun navigateur ne connaît parfaitement toutes les fonctionnalités CSS de toute façon ! Au pire, si le navigateur ne connaît pas une propriété CSS, il l'ignore et ne met pas en forme, mais cela ne fait pas planter votre page : celle-ci sera donc toujours lisible.

Je vous recommande fortement de mettre dans vos favoris les sites www.caniuse.com et normansblog.de qui proposent des tables de compatibilité des fonctionnalités de HTML et CSS sur différents navigateurs (et sur leurs différentes versions). Regardez en particulier les tables de compatibilité pour CSS de www.caniuse.com (figure suivante).

Table de compatibilité CSSTable de compatibilité CSS

Table de compatibilité CSS de caniuse.com

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Mettre en place le CSS Où écrit-on le CSS ?

Où écrit-on le CSS ?

La petite histoire du CSS Appliquer un style : sélectionner une balise

Vous avez le choix car on peut écrire du code en langage CSS à trois endroits différents :

Je vais vous présenter ces trois méthodes mais sachez d'ores et déjà que la première… est la meilleure.

Dans un fichier .css (recommandé)

Comme je viens de vous le dire, on écrit le plus souvent le code CSS dans un fichier spécial ayant l'extension .css (contrairement aux fichiers HTML qui ont l'extension .html). C'est la méthode la plus pratique et la plus souple. Cela nous évite de tout mélanger dans un même fichier. J'utiliserai cette technique dans toute la suite de ce cours.

Commençons à pratiquer dès maintenant ! Nous allons partir du fichier HTML suivant :

<!DOCTYPE html>
<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <link rel="stylesheet" href="style.css" />
        <title>Premiers tests du CSS</title>
    </head>

    <body>
        <h1>Mon super site</h1>
        
        <p>Bonjour et bienvenue sur mon site !</p>
        <p>Pour le moment, mon site est un peu <em>vide</em>. Patientez encore un peu !</p>
    </body>
</html>

Vous noterez le contenu de la ligne 5, <link rel="stylesheet" href="style.css" /> : c'est elle qui indique que ce fichier HTML est associé à un fichier appelé style.css et chargé de la mise en forme.

Enregistrez ce fichier sous le nom que vous voulez (par exemple page.html). Pour le moment, rien d'extraordinaire à part la nouvelle balise que nous avons ajoutée.

Maintenant, créez un nouveau fichier vide dans votre éditeur de texte (par exemple Notepad++) et copiez-y ce bout de code CSS (rassurez-vous, je vous expliquerai tout à l'heure ce qu'il veut dire) :

p
{
    color: blue;
}

Enregistrez le fichier en lui donnant un nom qui se termine par .css, comme style.css. Placez ce fichier .css dans le même dossier que votre fichier .html.

Dans Notepad++, vous devriez observer quelque chose de similaire à la figure suivante.

Fichiers HTML et CSS dans Notepad++
Fichiers HTML et CSS dans Notepad++

Dans votre explorateur de fichiers, vous devriez les voir apparaître côte à côte. D'un côté le .html, de l'autre le .css, comme à la figure suivante.

Fichiers HTML et CSS dans l'explorateur de fichiers
Fichiers HTML et CSS dans l'explorateur de fichiers

Ouvrez maintenant votre fichier page.html dans votre navigateur pour le tester, comme vous le faites d'habitude. Regardez, c'est magique : vos paragraphes sont écrits en bleu, comme dans la figure suivante !

Le texte est écrit en bleu
Le texte est écrit en bleu

Dans l'en-tête <head> du fichier HTML

Il existe une autre méthode pour utiliser du CSS dans ses fichiers HTML : cela consiste à insérer le code CSS directement dans une balise <style> à l'intérieur de l'en-tête <head>.

Voici comment on peut obtenir exactement le même résultat avec un seul fichier .html qui contient le code CSS (lignes 5 à 10) :

<!DOCTYPE html>
<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <style>
            p
            {
                color: blue;
            }
        </style>
        <title>Premiers tests du CSS</title>
    </head>

    <body>
        <h1>Mon super site</h1>
        
        <p>Bonjour et bienvenue sur mon site !</p>
        <p>Pour le moment, mon site est un peu <em>vide</em>. Patientez encore un peu !</p>
    </body>
</html>

Testez, vous verrez que le résultat est le même.

Directement dans les balises (non recommandé)

Dernière méthode, à manipuler avec précaution : vous pouvez ajouter un attribut style à n'importe quelle balise. Vous insérerez votre code CSS directement dans cet attribut :

<!DOCTYPE html>
<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <title>Premiers tests du CSS</title>
    </head>

    <body>
        <h1>Mon super site</h1>
        
        <p style="color: blue;">Bonjour et bienvenue sur mon site !</p>
        <p>Pour le moment, mon site est un peu <em>vide</em>. Patientez encore un peu !</p>
    </body>
</html>

Cette fois, seul le texte du premier paragraphe (ligne 11), dont la balise contient le code CSS, sera coloré en bleu (figure suivante).

Le premier paragraphe est écrit en bleu
Le premier paragraphe est écrit en bleu

Quelle méthode choisir ?

Je trouve que la première méthode que tu recommandes est plus compliquée que les deux autres ! Pourquoi nous conseilles-tu de créer deux fichiers, j'étais bien, moi, avec juste un fichier .html !

Je vous recommande fortement de prendre l'habitude de travailler avec la première méthode parce que c'est celle utilisée par la majorité des webmasters… Pourquoi ?

Pour le moment, vous faites vos tests sur un seul fichier HTML. Cependant, votre site sera plus tard constitué de plusieurs pages HTML, on est d'accord ?

Imaginez : si vous placez le code CSS directement dans le fichier HTML, il faudra copier ce code dans tous les fichiers HTML de votre site ! Et si demain vous changez d'avis, par exemple si vous voulez que vos paragraphes soient écrits en rouge et non en bleu, il faudra modifier chaque fichier HTML un à un, comme le montre la figure suivante.

Le code CSS est répété dans chaque fichier HTML
Le code CSS est répété dans chaque fichier HTML

Si vous travaillez avec un fichier CSS externe, vous n'aurez besoin d'écrire cette instruction qu'une seule fois pour tout votre site, comme le montre la figure suivante.

Le code CSS est donné une fois pour toutes dans un fichier CSS
Le code CSS est donné une fois pour toutes dans un fichier CSS
Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

La petite histoire du CSS Appliquer un style : sélectionner une balise

Appliquer un style : sélectionner une balise

Où écrit-on le CSS ? Appliquer un style : class et id

Maintenant que nous savons où placer le code CSS, intéressons-nous de plus près à ce code. Je vous ai donné, sans vous l'expliquer, un premier bout de code CSS :

p
{
    color: blue;
}

Dans un code CSS comme celui-ci, on trouve trois éléments différents :

Schématiquement, une feuille de style CSS ressemble donc à cela :

balise1
{
    propriete1: valeur1;
    propriete2: valeur2;
    propriete3: valeur3;
}

balise2
{
    propriete1: valeur1;
    propriete2: valeur2;
    propriete3: valeur3;
    propriete4: valeur4;
}

balise3
{
    propriete1: valeur1;
}

Vous repérez dans cet extrait de code les balises, propriétés et valeurs dont je viens de vous parler.

Comme vous le voyez, on écrit le nom de la balise (par exemple h1) et on ouvre des accolades pour, à l'intérieur, mettre les propriétés et valeurs que l'on souhaite. On peut mettre autant de propriétés que l'on veut à l'intérieur des accolades. Chaque propriété est suivie du symbole « deux-points » ( : ) puis de la valeur correspondante. Enfin, chaque ligne se termine par un point-virgule ( ; ).

Je vous apprendrai de nombreuses propriétés dans les chapitres suivants. Pour le moment, dans les exemples, on va juste changer la couleur pour s'entraîner.

Le code CSS que nous avons utilisé jusqu'ici :

p
{
    color: blue;
}

… signifie donc en français : « Je veux que tous mes paragraphes soient écrits en bleu. ». Le résultat est visible à la figure suivante.

Paragraphes écrits en bleu
Paragraphes écrits en bleu

Essayez de changer le nom de la balise affectée par le code CSS. Par exemple, si j'écris h1, c'est le titre qui sera écrit en bleu. Modifiez votre fichier style.css comme ceci :

h1
{
    color: blue;
}

Maintenant, ouvrez à nouveau votre page HTML (souvenez-vous, c'est la page HTML qu'on ouvre dans le navigateur, pas le fichier CSS !) : vous devriez voir son titre s'afficher en bleu (figure suivante) !

Titre écrit en bleu
Titre écrit en bleu

Appliquer un style à plusieurs balises

Prenons le code CSS suivant :

h1
{
    color: blue;
}

em
{
    color: blue;
}

Il signifie que nos titres <h1> et nos textes importants <em> doivent s'afficher en bleu. Par contre, c'est un peu répétitif, vous ne trouvez pas ?

Heureusement, il existe un moyen en CSS d'aller plus vite si les deux balises doivent avoir la même présentation. Il suffit de combiner la déclaration en séparant les noms des balises par une virgule, comme ceci :

h1, em
{
    color: blue;
}

Le résultat se trouve à la figure suivante.

Titre et texte important écrits en bleu
Titre et texte important écrits en bleu

Cela signifie : « Je veux que le texte de mes <h1> et <em> soit écrit en bleu ».

Vous pouvez indiquer autant de balises à la suite que vous le désirez.

Des commentaires dans du CSS

Comme en HTML, il est possible de mettre des commentaires. Les commentaires ne seront pas affichés, ils servent simplement à indiquer des informations pour vous, par exemple pour vous y retrouver dans un looong fichier CSS.

D'ailleurs, vous allez vous en rendre compte, en général le fichier HTML est assez court et la feuille CSS assez longue (si elle contient tous les éléments de style de votre site, c'est un peu normal). Notez qu'il est possible de créer plusieurs fichiers CSS pour votre site si vous ressentez le besoin de séparer un peu votre code CSS (en fonction des différentes sections de votre site, par exemple).

… De quoi on parlait déjà ? Ah oui, les commentaires en CSS.

Donc, pour faire un commentaire, c'est facile ! Tapez /*, suivi de votre commentaire, puis */ pour terminer votre commentaire.

Vos commentaires peuvent être écrits sur une ou plusieurs lignes. Par exemple :

/*
style.css
---------
 
Par Mathieu Nebra
*/
 
p
{
    color: blue; /* Les paragraphes seront en bleu */
}

Il est possible que j'utilise les commentaires dans la suite du cours, pour vous donner des explications à l'intérieur même des fichiers .css.

Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Où écrit-on le CSS ? Appliquer un style : class et id

Appliquer un style : class et id

Appliquer un style : sélectionner une balise Appliquer un style : les sélecteurs avancés

Ce que je vous ai montré jusqu'ici a quand même un défaut : cela implique par exemple que TOUS les paragraphes possèdent la même présentation (ici, ils seront donc tous écrits en bleu).

Comment faire pour que certains paragraphes seulement soient écrits d'une manière différente ? On pourrait placer le code CSS dans un attribut style sur la balise que l'on vise (c'est la technique que je vous ai présentée un peu plus tôt) mais, comme je vous l'ai dit, ce n'est pas recommandé (il vaut mieux utiliser un fichier CSS externe).

Pour résoudre le problème, on peut utiliser ces attributs spéciaux qui fonctionnent sur toutes les balises :

Que les choses soient claires dès le début : les attributs class et id sont quasiment identiques. Il y a seulement une petite différence que je vous dévoilerai plus bas.

Pour le moment, et pour faire simple, on ne va s'intéresser qu'à l'attribut class.

Comme je viens de vous le dire, c'est un attribut que l'on peut mettre sur n'importe quelle balise, aussi bien titre que paragraphe, image, etc.

<h1 class=""> </h1>
<p class=""> </p>
<img class="" />

Oui mais que met-on comme valeur à l'attribut class ?

En fait, vous devez écrire un nom qui sert à identifier la balise. Ce que vous voulez, du moment que le nom commence par une lettre.

Par exemple, je vais associer la classe introduction à mon premier paragraphe (ligne 12) :

<!DOCTYPE html>
<html>
    <head>
        <meta charset="utf-8" />
        <link rel="stylesheet" href="style.css" />
        <title>Premiers tests du CSS</title>
    </head>

    <body>
        <h1>Mon super site</h1>
        
        <p class="introduction">Bonjour et bienvenue sur mon site !</p>
        <p>Pour le moment, mon site est un peu <em>vide</em>. Patientez encore un peu !</p>
    </body>
</html>

Maintenant que c'est fait, votre paragraphe est identifié. Il a un nom : introduction. Vous allez pouvoir réutiliser ce nom dans le fichier CSS pour dire : « Je veux que seules les balises qui ont comme nom 'introduction' soient affichées en bleu ».

Pour faire cela en CSS, indiquez le nom de votre classe en commençant par un point, comme ci-dessous :

.introduction
{
    color: blue;
}

Testez le résultat : seul votre paragraphe appelé introduction va s'afficher en bleu (figure suivante) !

Seul le premier paragraphe s'affiche en bleu
Seul le premier paragraphe s'affiche en bleu

Et l'attribut id alors ?

Lui, il fonctionne exactement de la même manière que class, à un détail près : il ne peut être utilisé qu'une fois dans le code.

Quel intérêt ? Il y en a assez peu pour tout vous dire, cela vous sera utile si vous faites du JavaScript plus tard pour reconnaître certaines balises. D'ailleurs, nous avons déjà vu l'attribut id dans le chapitre sur les liens (pour réaliser des ancres). En pratique, nous ne mettrons des id que sur des éléments qui sont uniques dans la page, comme par exemple le logo :

<img src="images/logo.png" alt="Logo du site" id="logo" />

Si vous utilisez des id, lorsque vous définirez leurs propriétés dans le fichier CSS, il faudra faire précéder le nom de l'id par un dièse (#) :

#logo
{
    /* Indiquez les propriétés CSS ici */
}

Je ne vous propose pas de le tester, cela fonctionne exactement comme class.

Les balises universelles

Il arrivera parfois que vous ayez besoin d'appliquer une class (ou un id) à certains mots qui, à l'origine, ne sont pas entourés par des balises.

En effet, le problème de class, c'est qu'il s'agit d'un attribut. Vous ne pouvez donc en mettre que sur une balise. Si, par exemple, je veux modifier uniquement « bienvenue » dans le paragraphe suivant :

<p>Bonjour et bienvenue sur mon site !</p>

Cela serait facile à faire s'il y avait une balise autour de « bienvenue » mais, malheureusement il n'y en a pas. Par chance, on a inventé… la balise-qui-ne-sert-à-rien.

En fait, on a inventé deux balises dites universelles, qui n'ont aucune signification particulière (elles n'indiquent pas que le mot est important, par exemple). Il y a une différence minime (mais significative !) entre ces deux balises :

Pour le moment donc, nous allons utiliser plutôt la balise <span>. On la met autour de « bienvenue », on lui ajoute une classe (du nom qu'on veut), on crée le CSS et c'est gagné !

<p>Bonjour et <span class="salutations">bienvenue</span> sur mon site !</p>
.salutations
{
    color: blue;
}

Vous pouvez voir le résultat à la figure suivante.

Le mot « bienvenue » est écrit en bleu
Le mot « bienvenue » est écrit en bleu
Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

Appliquer un style : sélectionner une balise Appliquer un style : les sélecteurs avancés

Appliquer un style : les sélecteurs avancés

Appliquer un style : class et id Formatage du texte

En CSS, le plus difficile est de savoir cibler le texte dont on veut changer la forme. Pour cibler (on dit « sélectionner ») les éléments de la page à modifier, on utilise ce qu'on appelle des sélecteurs. Vous en avez déjà utilisé quelques-uns un peu plus tôt dans ce chapitre, résumons-les pour commencer.

Les sélecteurs que vous connaissez déjà

Ces sélecteurs, que nous avons vus précédemment, sont de loin les plus couramment utilisés. Il faut les connaître par cœur. Commençons par la base de la base :

p
{

}

… signifie « Je veux toucher tous les paragraphes ». Après, c'est à vous de dire ce que vous faites à ces paragraphes (vous les écrivez en bleu, par exemple).

Nous avons aussi vu :

h1, em
{

}

… qui signifie « Tous les titres et tous les textes importants ». Nous avons sélectionné deux balises d'un coup.

Et enfin, nous avons vu comment sélectionner des balises précises à qui nous avons donné un nom grâce aux attributs class et id :

.class
{

}

#id
{

}

Vous savez quoi ? Il existe des dizaines d'autres façons de cibler des balises en CSS ! Nous n'allons pas toutes les voir car il y en a beaucoup et certaines sont complexes, mais voici déjà de quoi vous permettre d'être plus efficaces en CSS !

Les sélecteurs avancés

* : sélecteur universel

*
{

}

Sélectionne toutes les balises sans exception. On l'appelle le sélecteur universel.

A B : une balise contenue dans une autre

h3 em
{

}

Sélectionne toutes les balises <em> situées à l'intérieur d'une balise <h3>. Notez qu'il n'y a pas de virgule entre les deux noms de balises.

Exemple de code HTML correspondant :

<h3>Titre avec <em>texte important</em></h3>

A + B : une balise qui en suit une autre

h3 + p
{

}

Sélectionne la première balise <p> située après un titre <h3>.

Exemple :

<h3>Titre</h3>

<p>Paragraphe</p>

A[attribut] : une balise qui possède un attribut

a[title]
{

}

Sélectionne tous les liens <a> qui possèdent un attribut title.

Exemple :

<a href="http://site.com" title="Infobulle">

A[attribut="Valeur"] : une balise, un attribut et une valeur exacte

a[title="Cliquez ici"]
{

}

Idem, mais l'attribut doit en plus avoir exactement pour valeur « Cliquez ici ».

Exemple :

<a href="http://site.com" title="Cliquez ici">

A[attribut*="Valeur"] : une balise, un attribut et une valeur

a[title*="ici"]
{

}

Idem, l'attribut doit cette fois contenir dans sa valeur le mot « ici » (peu importe sa position).

Exemple :

<a href="http://site.com" title="Quelque part par ici">

D'autres sélecteurs existent !

Je ne vous ai présenté ici qu'une partie des sélecteurs CSS mais sachez qu'il en existe beaucoup d'autres. Si vous voulez une liste complète, vous pouvez vous renseigner directement à la source : sur le site du W3C ! C'est très complet.

Sachez que nous découvrirons certains de ces autres sélecteurs dans la suite de ce cours !

En résumé

balise1
{
    propriete1: valeur1;
    propriete2: valeur2;
}
  • Il existe de nombreuses façons de sélectionner la portion de la page que l'on veut mettre en forme. Par exemple, on peut viser :

  • Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

    Appliquer un style : class et id Formatage du texte

    Formatage du texte

    Appliquer un style : les sélecteurs avancés La taille

    Nous arrivons maintenant à un chapitre qui devrait beaucoup vous intéresser.

    Non, le « formatage du texte » n'a rien à voir avec la destruction de toutes les données présentes sur votre disque dur ! Cela signifie simplement que l'on va modifier l'apparence du texte (on dit qu'on le « met en forme »).

    Pas de surprise particulière : nous sommes toujours dans le CSS et nous allons réutiliser ce que nous venons d'apprendre dans le chapitre précédent. Nous allons donc travailler directement au sein du fichier .css que nous avons créé.

    Ce chapitre va être l'occasion de découvrir de nombreuses propriétés CSS : nous allons voir comment modifier la taille du texte, changer la police, aligner le texte…

    La taille

    Formatage du texte La police

    Pour modifier la taille du texte, on utilise la propriété CSS font-size. Mais comment indiquer la taille du texte ? C'est là que les choses se corsent car plusieurs techniques vous sont proposées :

    Une taille absolue

    Pour indiquer une taille absolue, on utilise généralement les pixels. Pour avoir un texte de 16 pixels de hauteur, vous devez donc écrire :

    font-size: 16px;

    Les lettres auront une taille de 16 pixels, comme le montre la figure suivante.

    Une lettre de 16 pixels de hauteur
    Une lettre de 16 pixels de hauteur

    Voici un exemple d'utilisation (placez ce code dans votre fichier .css) :

    p
    {
        font-size: 14px; /* Paragraphes de 14 pixels */
    }
    h1
    {
        font-size: 40px; /* Titres de 40 pixels */
    }

    Et le résultat est visible à la figure suivante.

    Différentes tailles de texte
    Différentes tailles de texte

    Une valeur relative

    C'est la méthode recommandée car le texte s'adapte alors plus facilement aux préférences de tous les visiteurs.

    Il y a plusieurs moyens d'indiquer une valeur relative. Vous pouvez par exemple écrire la taille avec des mots en anglais comme ceux-ci :

    Vous pouvez tester l'utilisation de ces valeurs dans votre code CSS :

    p
    {
        font-size: small;
    }
    h1
    {
        font-size: large;
    }

    Bon, cette technique a un défaut : il n'y a que sept tailles disponibles (car il n'y a que sept noms). Heureusement, il existe d'autres moyens. Ma technique préférée consiste à indiquer la taille en « em ».

    Exemple :

    p
    {
        font-size: 0.8em;
    }
    h1
    {
        font-size: 1.3em;
    }

    D'autres unités sont disponibles. Vous pouvez essayer le « ex » (qui fonctionne sur le même principe que le em mais qui est plus petit de base) et le pourcentage (80%, 130%…).

    Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

    Formatage du texte La police

    La police

    La taille Italique, gras, souligné…

    Ah… La police… On touche un point sensible.

    En effet, il se pose un problème : pour qu'une police s'affiche correctement, il faut que tous les internautes l'aient. Si un internaute n'a pas la même police que vous, son navigateur prendra une police par défaut (une police standard) qui n'aura peut-être rien à voir avec ce à quoi vous vous attendiez.

    La bonne nouvelle, c'est que depuis CSS 3, il est possible de faire télécharger automatiquement une police au navigateur. Je vous expliquerai dans un second temps comment faire cela.

    Modifier la police utilisée

    La propriété CSS qui permet d'indiquer la police à utiliser est font-family. Vous devez écrire le nom de la police comme ceci :

    balise
    {
        font-family: police;
    }

    Seulement, pour éviter les problèmes si l'internaute n'a pas la même police que vous, on précise en général plusieurs noms de police, séparés par des virgules :

    balise
    {
        font-family: police1, police2, police3, police4;
    }

    Le navigateur essaiera d'abord d'utiliser la police1. S'il ne l'a pas, il essaiera la police2. S'il ne l'a pas, il passera à la police3, et ainsi de suite.

    En général, on indique en tout dernier serif, ce qui correspond à une police par défaut (qui ne s'applique que si aucune autre police n'a été trouvée).

    Oui, mais quelles sont les polices les plus courantes qu'on a le « droit » d'utiliser, me direz-vous ?

    Voici une liste de polices qui fonctionnent bien sur la plupart des navigateurs :

    La figure suivante vous montre à quoi ressemblent ces polices.

    Différentes polices
    Différentes polices

    Ainsi, si j'écris :

    p
    {
        font-family: Impact, "Arial Black", Arial, Verdana, sans-serif;
    }

    … cela signifie : « Mets la police Impact ou, si elle n'y est pas, Arial Black, ou sinon Arial, ou sinon Verdana, ou si rien n'a marché, mets une police standard (sans-serif) ».

    En général, il est bien d'indiquer un choix de trois ou quatre polices (+ serif ou sans-serif) afin de s'assurer qu'au moins l'une d'entre elles aura été trouvée sur l'ordinateur du visiteur.

    Utiliser une police personnalisée avec @font-face

    Je trouve le choix des polices trop limité.

    Comment puis-je utiliser ma police préférée sur mon site web ?

    Pendant longtemps, cela n'était pas possible. Aujourd'hui, avec CSS 3, il existe heureusement un moyen d'utiliser n'importe quelle police sur son site. Cela fonctionne bien avec la plupart des navigateurs.

    Mais attention, il y a des défauts (ce serait trop beau sinon) :

    Voici les différents formats de fichiers de polices qui existent et qu'il faut connaître :

    En CSS, pour définir une nouvelle police, vous devez la déclarer comme ceci :

    @font-face {
        font-family: 'MaSuperPolice';
        src: url('MaSuperPolice.eot');
    }

    Le fichier de police (ici MaSuperPolice.eot) doit ici être situé dans le même dossier que le fichier CSS (ou dans un sous-dossier, si vous utilisez un chemin relatif).

    Je croyais qu'il y avait plusieurs formats de police ?

    Oui, d'ailleurs les .eot ne fonctionnent que sur Internet Explorer. L'idéal est de proposer plusieurs formats pour la police : le navigateur téléchargera celui qu'il sait lire. Voici comment indiquer plusieurs formats :

    @font-face {
        font-family: 'MaSuperPolice';
        src: url('MaSuperPolice.eot') format('eot'),
             url('MaSuperPolice.woff') format('woff'),
             url('MaSuperPolice.ttf') format('truetype'),
             url('MaSuperPolice.svg') format('svg');
    }

    Pour tester le fonctionnement, je vous propose de télécharger une police sur Font Squirrel, par exemple Learning Curve Pro. Cliquez sur « @font-face Kit », cela vous permettra de télécharger un kit prêt à l'emploi avec tous les formats pour cette police.

    Votre fichier CSS ressemblera au final à ceci :

    @font-face { /* Définition d'une nouvelle police nommée LearningCurveProRegular */
        font-family: 'LearningCurveProRegular';
        src: url('LearningCurve_OT-webfont.eot');
        src: url('LearningCurve_OT-webfont.eot?#iefix') format('embedded-opentype'),
             url('LearningCurve_OT-webfont.woff') format('woff'),
             url('LearningCurve_OT-webfont.ttf') format('truetype'),
             url('LearningCurve_OT-webfont.svg#LearningCurveProRegular') format('svg');
    }
    
    h1 /* Utilisation de la police qu'on vient de définir sur les titres */
    {
        font-family: 'LearningCurveProRegular', Arial, serif;
    }

    La première (grosse) section @font-face permet de définir un nouveau nom de police qui pourra être utilisé dans le fichier CSS. Ensuite, nous utilisons ce nom de police avec la propriété font-family, que nous connaissons, pour modifier l'apparence des titres <h1>. Vous pouvez voir le résultat à la figure suivante.

    Affichage d'une police personnalisée
    Affichage d'une police personnalisée
    Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

    La taille Italique, gras, souligné…

    Italique, gras, souligné…

    La police L'alignement

    Il existe en CSS une série de propriétés classiques de mise en forme du texte. Nous allons découvrir ici comment afficher le texte en gras, italique, souligné… et au passage nous verrons qu'il est même possible d'aller jusqu'à le faire clignoter !

    Mettre en italique

    Attends un peu là ! Je croyais que la balise <em> permettait de mettre un texte en italique ?!

    Je n'ai jamais dit cela.

    Retournez voir les chapitres précédents si vous avez des doutes, mais je n'ai jamais dit que la balise <em> était faite pour mettre le texte en italique (de même que je n'ai jamais dit que <strong> était faite pour mettre en gras).

    <em>, mettez-vous bien cela dans la tête, est faite pour insister sur des mots. Cela veut dire que les mots qu'elle entoure sont assez importants.

    Pour représenter cette importance, la plupart des navigateurs choisissent d'afficher le texte en italique, mais ce n'est pas une obligation.

    Le CSS lui, permet de dire réellement : « Je veux que ce texte soit en italique ». Rien ne vous empêche, par exemple, de décider que tous vos titres seront en italique.

    Concrètement, en CSS, pour mettre en italique, on utilise font-style qui peut prendre trois valeurs :

    em
    {
        font-style: normal;
    }

    Ainsi, dans l'exemple suivant, je me sers de font-style pour mettre en italique tous mes titres <h2> :

    h2
    {
        font-style: italic;
    }

    Mettre en gras

    Et si nous passions à la mise en gras ?

    Alors, là encore, n'oubliez pas que ce n'est pas <strong> qui permet de mettre en gras (son rôle est d'indiquer que le texte est important, donc le navigateur l'affiche généralement en gras). La mise en gras en CSS peut par exemple s'appliquer aux titres, à certains paragraphes entiers, etc. C'est à vous de voir.

    La propriété CSS pour mettre en gras est font-weight et prend les valeurs suivantes :

    Voici par exemple comment écrire les titres en gras :

    h1
    {
        font-weight: bold;
    }

    Soulignement et autres décorations

    La propriété CSS associée porte bien son nom : text-decoration. Elle permet, entre autres, de souligner le texte, mais pas seulement. Voici les différentes valeurs qu'elle peut prendre :

    Ce CSS va vous permettre de tester les effets de text-decoration :

    h1
    {
        text-decoration: blink;
    }
    .souligne
    {
        text-decoration: underline;
    }
    .barre
    {
        text-decoration: line-through;
    }
    .ligne_dessus
    {
        text-decoration: overline;
    }

    Et le résultat est visible à la figure suivante.

    Différentes mises en forme du texte
    Différentes mises en forme du texte
    Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

    La police L'alignement

    L'alignement

    Italique, gras, souligné… Les flottants

    Le langage CSS nous permet de faire tous les alignements connus : à gauche, centré, à droite et justifié.

    C'est tout simple. On utilise la propriété text-align et on indique l'alignement désiré :

    Regardez les différents alignements sur cet exemple :

    h1
    {
        text-align: center;
    }
    
    p
    {
        text-align: justify;
    }
    
    .signature
    {
        text-align: right;
    }

    Le résultat est visible à la figure suivante.

    Alignements du texte
    Alignements du texte
    Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

    Italique, gras, souligné… Les flottants

    Les flottants

    L'alignement La couleur et le fond

    Le CSS nous permet de faire flotter un élément autour du texte. On dit aussi qu'on fait un « habillage ».

    Pour que vous voyiez bien de quoi on parle, la figure suivante vous montre ce que nous allons apprendre à faire.

    Une image flottante entourée par du texte
    Une image flottante entourée par du texte

    J'imagine que, maintenant, la question qui vous brûle les lèvres est : « Mais quelle est donc la propriété magique qui fait flotter ? ».

    La réponse est… float (« flottant » en anglais). Cette propriété peut prendre deux valeurs très simples :

    L'utilisation des flottants est très simple :

    1. Vous appliquez un float à une balise.

    2. Puis vous continuez à écrire du texte à la suite normalement.

    Faire flotter une image

    Nous allons apprendre ici à faire flotter une image. Voici le code HTML que nous devons taper dans un premier temps :

    <p><img src="flash.gif" class="imageflottante" alt="Image flottante" /> Ceci est un texte normal de paragraphe, écrit à la suite de l'image et qui l'habillera car l'image est flottante.</p>

    Voici le seul bout de code CSS qu'on ait besoin de taper, qui permet de faire flotter l'image à gauche :

    .imageflottante
    {
        float: left;
    }

    Amusez-vous aussi à faire flotter l'image à droite, c'est tout bête : il suffit d'indiquer la valeur right et le tour est joué !

    Stopper un flottant

    Quand vous mettez en place un flottant, le texte autour l'habille. Mais comment faire si vous voulez qu'au bout d'un moment le texte continue en dessous du flottant ? On pourrait enchaîner plusieurs <br /> à la suite mais cela ne serait ni élégant ni très propre…

    En gros, on aimerait pouvoir obtenir le même résultat qu'à la figure suivante.

    Le texte sous l'image ignore la propriété float
    Le texte sous l'image ignore la propriété float

    Il existe en fait une propriété CSS qui permet de dire : « Stop, ce texte doit être en-dessous du flottant et non plus à côté ». C'est la propriété clear, qui peut prendre ces trois valeurs :

    Pour simplifier, on va utiliser tout le temps le clear: both, qui marche après un flottant à gauche et après un flottant à droite (cela fonctionne donc à tous les coups). Pour illustrer son fonctionnement, on va prendre ce code HTML :

    <p><img src="flash.gif" class="imageflottante" alt="Image flottante" /></p>
    <p>Ce texte est écrit à côté de l'image flottante.</p>
    <p class="dessous">Ce texte est écrit sous l'image flottante.</p>

    Et ce code CSS :

    .imageflottante
    {
        float: left;
    }
    .dessous
    {
        clear: both;
    }

    Et voilà le travail.

    On applique un clear: both; au paragraphe que l'on veut voir continuer sous l'image flottante et le tour est joué !

    En résumé

    Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

    L'alignement La couleur et le fond

    La couleur et le fond

    Les flottants Couleur du texte

    Continuons notre tour d'horizon des propriétés CSS existantes. Nous allons nous intéresser ici aux propriétés liées de près ou de loin à la couleur. Nous verrons entre autres :

    Le CSS n'a pas fini de nous étonner !

    Couleur du texte

    La couleur et le fond Couleur de fond

    Passons maintenant au vaste sujet de la couleur.

    Comment cela, « vaste » ?

    Vous connaissez déjà la propriété qui permet de modifier la couleur du texte : il s'agit de color. Nous allons nous intéresser aux différentes façons d'indiquer la couleur, car il y en a plusieurs.

    Indiquer le nom de la couleur

    La méthode la plus simple et la plus pratique pour choisir une couleur consiste à taper son nom (in english, of course).

    Le seul défaut de cette méthode est qu'il n'existe que seize couleurs dites « standard ». D'autres couleurs officieuses existent mais, comme elles ne fonctionneront pas forcément de la même manière sur tous les navigateurs, je vais éviter de vous les montrer.

    La figure suivante vous montre les seize couleurs que vous pouvez utiliser en tapant simplement leur nom.

    Les seize noms de couleurs utilisables en CSS
    Les seize noms de couleurs utilisables en CSS

    Vous pouvez les apprendre par cœur si cela vous chante, en plus cela vous fera réviser votre anglais.

    Pour passer tous les titres en marron, on peut donc écrire :

    h1
    {
        color: maroon;
    }

    Vous trouverez le résultat à la figure suivante.

    Le titre est écrit en marron
    Le titre est écrit en marron

    La notation hexadécimale

    Seize couleurs, c'est quand même un peu limite quand on sait que la plupart des écrans peuvent en afficher seize millions.

    D'un autre côté, remarquez, s'il avait fallu donner un nom à chacune des seize millions de couleurs…

    Heureusement, il existe en CSS plusieurs façons de choisir une couleur parmi toutes celles qui existent. La première que je vais vous montrer est la notation hexadécimale. Elle est couramment utilisée sur le Web mais il existe aussi une autre méthode que nous verrons plus loin.

    Un nom de couleur en hexadécimal, cela ressemble à : #FF5A28. Pour faire simple, c'est une combinaison de lettres et de chiffres qui indiquent une couleur.

    On doit toujours commencer par écrire un dièse (#), suivi de six lettres ou chiffres allant de 0 à 9 et de A à F.

    Ces lettres ou chiffres fonctionnent deux par deux. Les deux premiers indiquent une quantité de rouge, les deux suivants une quantité de vert et les deux derniers une quantité de bleu. En mélangeant ces quantités (qui sont les composantes Rouge-Vert-Bleu de la couleur) on peut obtenir la couleur qu'on veut.

    Ainsi, #000000 correspond à la couleur noire et #FFFFFF à la couleur blanche. Mais maintenant, ne me demandez pas quelle est la combinaison qui produit de l'orange couleur « coucher de soleil », je n'en sais strictement rien.

    Voici par exemple comment on fait pour appliquer aux paragraphes la couleur blanche en hexadécimal :

    p
    {
        color: #FFFFFF;
    }

    La méthode RGB

    Que signifie RGB ? En anglais, Rouge-Vert-Bleu s'écrit Red-Green-Blue, ce qui s'abrège en « RGB ». Comme avec la notation hexadécimale, pour choisir une couleur, on doit définir une quantité de rouge, de vert et de bleu.

    Encore cette histoire tordue de quantités de rouge-vert-bleu ?

    Oui mais là, vous allez voir que c'est beaucoup plus pratique et qu'avec un logiciel de dessin tout simple comme Paint, vous pouvez trouver la couleur que vous désirez. Voici la marche à suivre :

    1. Lancez le logiciel Paint depuis le menu Démarrer.

    2. Rendez-vous dans la section Modifier les couleurs, comme indiqué à la figure suivante.

    3. Une fenêtre s'ouvre. Dans la zone qui apparaît à droite, faites bouger les curseurs pour sélectionner la couleur qui vous intéresse. Supposons que vous soyez pris d'une envie folle d'écrire vos titres <h1> en rose bonbon (supposons seulement). Sélectionnez la couleur dans la fenêtre, comme à la figure suivante.

    4. Relevez les quantités de Rouge-Vert-Bleu correspondantes, indiquées en bas à droite de la fenêtre (ici 240-96-204). Recopiez ces valeurs dans cet ordre dans le fichier CSS, comme dans le code ci-dessous.

    p
    {
        color: rgb(240,96,204);
    }
    Modification des couleurs sous Paint
    Modification des couleurs sous Paint
    Sélection d'une couleur dans Paint
    Sélection d'une couleur dans Paint

    Comme vous avez pu le constater dans l'exemple, pour utiliser la méthode RGB, il faut taper rgb(Rouge, Vert, Bleu) en remplaçant « Rouge, Vert, Bleu » par les nombres correspondants. Pour information, ces quantités sont toujours comprises entre 0 et 255.

    Et en Bonus Track…

    Je vous conseille un petit logiciel tout simple, gratuit et en français, réalisé par Benjamin Chartier, précisément conçu pour choisir vos couleurs. Nul doute qu'il vous sera très utile pour vous aider à choisir vos couleurs. Ce logiciel s'appelle « La boîte à couleurs » (figure suivante).

    La boîte à couleursLa boîte à couleurs

    Comme vous pouvez le voir, il comporte plusieurs onglets. Je vous recommande de rester sur le premier (RVB) ou d'aller dans l'onglet Visuel. Les autres ne nous concernent pas. Évitez en particulier l'onglet Nom, qui propose des noms de couleurs parfois invalides (je vous rappelle qu'il existe seulement seize noms de couleurs « standard »).

    Vous pouvez récupérer en bas à droite le numéro de la couleur en hexadécimal (le numéro commence toujours par un #) ou encore recopier les valeurs de Rouge-Vert-Bleu (RVB) dans le CSS.

    Enfin, et c'est certainement la fonctionnalité la plus intéressante du logiciel, vous pouvez utiliser la pipette en haut à droite pour récupérer n'importe quelle couleur s'affichant sur votre écran !

    Amusez-vous bien !

    Fatigué(e) de lire sur un écran ? Découvrez ce cours en livre.

    La couleur et le fond Couleur de fond

    Couleur de fond

    Couleur du texte Images de fond

    Pour indiquer une couleur de fond, on utilise la propriété CSS background-color. Elle s'utilise de la même manière que la propriété color, c'est-à-dire que vous pouvez taper le nom d'une couleur, l'écrire en notation hexadécimale ou encore utiliser la méthode RGB.

    Pour indiquer la couleur de fond de la page web, il faut travailler sur la balise <body>. Eh oui, <body> correspond à l'ensemble de la page web, c'est donc en modifiant sa couleur de fond que l'on changera la couleur d'arrière-plan de la page.

    Regardez très attentivement ce fichier CSS :

    /* On travaille sur la balise body, donc sur TOUTE la page */
    body
    {
        background-color: black; /* Le fond de la page sera noir */
        color: white; /* Le texte de la page sera blanc */
    }

    Voici le rendu de ce code en figure suivante.

    Texte en blanc sur fond noir
    Texte en blanc sur fond noir

    Eh mais tu as demandé à ce que le texte de la balise <body> soit écrit en blanc, et tous les paragraphes <p> et titres <h1> ont pris cette couleur. Comment cela se fait-il ?

    Je voulais justement profiter de l'occasion pour vous en parler. Ce phénomène s'appelle l'héritage. Je vous rassure tout de suite, personne n'est mort.

    Le CSS et l'héritage

    En CSS, si vous appliquez un style à une balise, toutes les balises qui se trouvent à l'intérieur prendront le même style.

    C'est en fait simple à comprendre et intuitif. La balise <body>, vous le savez, contient entre autres les balises de paragraphe <p> et de titre <h1>.

    Si j'applique une couleur de fond noire et une couleur de texte blanche à la balise <body>, tous mes titres et paragraphes auront eux aussi un arrière-plan de couleur noire et un texte de couleur blanche… C'est ce phénomène qu'on appelle l'héritage : on dit que les balises qui se trouvent à l'intérieur d'une autre balise « héritent » de ses propriétés.

    Cela veut dire que TOUT le texte de ma page web sera forcément écrit en blanc ?

    Non, pas obligatoirement. Si vous dites par la suite que vous voulez vos titres en rouge, ce style aura la priorité et vos titres seront donc en rouge. En revanche, si vous n'indiquez rien de particulier (comme on l'a fait tout à l'heure), alors vos titres hériteront de la couleur blanche.

    Cela ne fonctionne pas uniquement pour la couleur, entendons-nous bien. Toutes les propriétés CSS seront héritées : vous pouvez par exemple demander une mise en gras dans la balise <body> et tous vos titres et paragraphes seront en gras.

    Exemple d'héritage avec la balise <mark>

    On a tendance à croire qu'on ne peut modifier que la couleur de fond de la page. C'est faux : vous pouvez changer le fond de n'importe quel élément : vos titres, vos paragraphes, certains mots… Dans ce cas, ils apparaîtront surlignés (comme si on avait mis un coup de marqueur dessus).

    Vous vous souvenez par exemple de la balise <mark> qui permet de mettre en valeur certains mots ? Utilisons-la à nouveau ici :

    <h1>Qui a éteint la lumière ?</h1>
    
    <p>Brr, il fait tout noir sur ce site, c'est un peu <mark>inquiétant</mark> comme ambiance non vous trouvez pas ?</p>

    Par défaut, le texte s'affiche sur un fond jaune. Vous pouvez changer ce comportement en CSS :

    body
    {
        background-color: black;
        color: white;
    }
    
    mark
    {
        /* La couleur de fond prend le pas sur celle de toute la page */
        background-color: red;
        color: black;
    }

    Sur le texte de la balise <mark>, c'est la couleur de fond rouge qui s'applique. En effet, même si le fond de la page est noir, c'est la propriété CSS de l'élément le plus précis qui a la priorité (figure suivante).

    Un texte surligné en rouge sur un fond noir
    Un texte surligné en rouge sur un fond noir

    Le même principe vaut pour toutes les balises HTML et toutes les propriétés CSS ! Si vous dites :

    … on pourrait penser qu'il y a un conflit. Le texte important fait partie d'un paragraphe, quelle taille lui donner ? 1.2 em ou 1.4 em ? Le CSS décide que c'est la déclaration la plus précise qui l'emporte : comme <strong> correspond à un élément plus précis que